Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:45
Ce mardi matin, dans le cadre des questions orales sans débat, comme je m’y étais engagé auprès des représentants syndicaux que j’avais rencontrés il y a près de deux semaines maintenant, j’ai interpellé le Gouvernement sur la politique salariale à Camaïeu. Ma question s’adressait à Xavier BERTRAND, ministre du travail, de l’emploi, et de la santé. Absent ce matin, c’est Nora BERRA, secrétaire d’Etat chargée de la santé, qui me répond.

 

« Madame la Ministre,

On peut être une grande entreprise, afficher 1 milliard d'€ de chiffre d’affaires, connaître un développement commercial, avoir près de 1 000 magasins sur notre territoire, bref, avoir des performances économiques, mais ne pas avoir pour ses salariés, une politique sociale à la hauteur.

 

Car quand une entreprise marche bien, fait des résultats, on peut légitiment s’attendre à ce que les salariés en profitent, qu’il aient leur juste part de la valeur ajoutée produite. Malheureusement ce n’est pas le cas à Camaïeu, à Roubaix, où les salariés crient leur colère et leur insatisfaction. Ils m’ont demandé de l’exprimer au Gouvernement.

 

C’est ce que je fais. Je veux ainsi vous parler de la politique salariale où nombreux sont les salariés à temps plein qui, en dépit de leur ancienneté, sont des « travailleurs pauvres », dont la rémunération ne dépasse que de peu 1 000 euros et qui est complétée – un comble ! – par le RSA, i-e par des subsides publics. Pourtant, l’ancien Président du groupe a été classé n° 1 des revenus des patrons français (cf. l’enquête du journal Capital en novembre 2009) avec 23,1 millions d’euros perçus, et les actionnaires auront bénéficié de 390 millions € de dividendes depuis 2007.

 

Le partage de la valeur ajoutée est d'évidence, outrageusement déséquilibré.

 

Et ceci alors même que cette rentabilité se nourrit des allègements d’Etat de cotisations sociales sur les bas salaires ! L’Etat a-t-il pour ambition, en réduisant le coût du travail, de contribuer à aider une entreprise à maintenir un bas niveau de salaires, pour faciliter des bénéfices prohibitifs ? Le Gouvernement ne devrait-il pas utiliser des moyens de contrôle, et de pression (car il y a eu, et il y a encore usage d’aides publiques) pour inciter l’entreprise à une plus juste rémunération du travail accompli par les salariés ?

 

Et, à cet égard, n’y aurait-il pas lieu, pour éviter ce type de dérives inacceptables, de réviser la convention collective des industries de l’habillement datant, semble-t-il de 1972 ? Dans quelques jours, le 7 avril vont s'ouvrir des négociations annuelles sur les salaires, l'Etat se devrait d'y être attentif. Telles sont les questions que, par votre relais, je pose au Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé ».

 

La ministre a choisi – je pouvais le craindre – d’élargir le sujet, mais a quand même noté que « dans la branche de l’habillement, le blocage » (des négociations) « persistait depuis plusieurs années (le dernier accord salarial remontait à 2000) », et que « les efforts doivent bien évidemment être poursuivis et déclinés au niveau des entreprises, dont Camaïeu. Si cette entreprise ne respecte pas son obligation annuelle de négocier sur les salaires, elle verra ses exonérations réduites de 10 % en application du mécanisme de conditionnalité ».

 

En réponse, j’ai précisé que «dans cette entreprise, il est clair que le dialogue social, dans son contenu comme sur la forme pourrait être meilleur. Je crois vraiment que l’Etat serait dans son rôle en l’accompagnant davantage. Quand une entreprise a les résultats qu’elle a, il n’est pas acceptable que direction et salariés connaissent régulièrement le niveau de tensions sociales qu’on y rencontre, à l’image d’un récent contentieux qui vient de s’ouvrir sur le calcul de la redevance pour travailleurs handicapés dont les syndicats viennent de dénoncer qu’il n’intègre pas le personnel des 900 boutiques de l’enseigne. Là aussi, l’Etat doit être vigilant ».

 

Pour lire la réponse du ministre, Question orale Camaïeucliquez ici.

 

Et pour lire la vidéo, cliquez ci-dessous :

 


Question au Gouvernement / salariés de Camaïeu par dBaert 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires