Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 16:49

Hier, mardi matin, ce fut pour moi un réveil très matinal (à peine plus de cinq heures) pour préparer mon intervention au séminaire de l’exécutif communautaire, où Martine Aubry réunit tous les vice-présidents, pour évoquer l’actualité de Lille métropole en cette rentrée et les questions-clés qui occuperont l’automne et l’année à venir. J’avais évidemment à plancher sur les perspectives budgétaires, et notamment à expertiser les conséquences des réformes financières en cours, à commencer par la plus perturbante de toutes, la réforme de la taxe professionnelle qui s’applique pleinement à partir de 2011.

   DSCI0879.jpg

Mais l’après-midi, je rejoins Pau, où les groupes socialistes de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Parlement européen tiennent, comme chaque année à cette période, leurs journées parlementaires. Les commissaires de chacune des commissions des assemblées parlementaires se sont réunis ensemble (affaires sociales, affaires étrangères, affaires économiques, lois, affaires culturelles, finances), ce qui ne manque pas d’être intéressant pour confronter les points de vue entre Assemblée et Sénat.

  

Placées sous le signe du rassemblement des socialistes pour le combat, ces journées se sont, à Pau, retrouvées de fait sous l’égide de Henri IV, le Béarnais, qui, pour Vert-galant qu’il fut, sut aussi en son temps rassembler les Français. Il est de fait omniprésent à Pau, notamment dans la salle du conseil municipal (photo) où, mardi soir, ma copine et collègue députée, Martine Lignières–Cassou (photo), devenue maire en 2008, nous accueille, dans une mairie qui est aussi… un théâtre (depuis le XIXe siècle !). DSCI0891.jpg

   

Les travaux ont été denses et sérieux. Certes, après les rudes nuits de la semaine dernière et les débats sur la réforme des retraites, on sentait bien une envie de détente dans les rangs, surtout avant les mères des batailles qui vont commencer la semaine prochaine, à savoir celles consacrées au budget de l’Etat et à la Sécurité sociale. Mais loin d’être dans la joie, emmenés par les présidents de l’Assemblée, Jean-Marc Ayrault, et du Sénat, Jean-Pierre Bel (photo), les socialistes se veulent au travail, à préparer l’alternative. Car reconnaissons-le, si nous sommes redevenus « audibles », comme l’a dit Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, il nous faut maintenant être « crédibles », travailler nos propositions pour remettre « La République à l’endroit », slogan de cette journée.

  DSCI0889-copie-1.jpg

C’est indispensable car comme le soulignait le premier atelier de ces journées, avec le sociologue Emmanuel Todd, notre République est « abimée » par les politiques menées et par le sarkozysme, c'est-à-dire par la manière particulière de Nicolas Sarkozy d’exercer le pouvoir. Nos valeurs aussi sont malmenées. La liberté, qui ne cesse de reculer. L’égalité, si souvent mise à mal à chaque fois que des services publics sont fermés, et par le bouclier fiscal. La fraternité, valeur opposée à cette société que fabrique N. Sarkozy, une société douce avec les puissants et dure avec les faibles, où la laïcité est mise à mal.

 

Le sarkozysme, c’est aussi une indépendance de la justice bafouée, une liberté de la presse blessée (où des services secrets sont utilisés pour identifier les sources des journalistes !) et des institutions mal traitées. Le parlementarisme n’est actuellement ni serein ni respecté. A l’Assemblée, c’est l’Elysée qui donne l’ordre d’arrêter des débats (cf. blog du mercredi 15) ; au Sénat, les sénateurs sont convoqués à l’Elysée pour qu’on leur dise, là-bas, ce que sont les amendements qu’ils peuvent prendre en compte dans le texte sur les retraites !

 

La pratique actuelle du Pouvoir, c’est l’agitation plutôt que la concertation. L’Etat est accaparé par un clan ; il y a même, on peut le dire, privatisation de la fonction présidentielle, tant les décisions de N. Sarkozy donnent à penser qu’il y a collusion permanente entre le pouvoir et les intérêts privés. La République est en train de changer de nature. Aux socialistes, il appartiendra de la protéger, de la refonder, de rééquilibrer les pouvoirs. « La République, c’est le combat des socialistes depuis Jaurès », a rappelé Martine Aubry.

 

C’est ainsi qu’alors que les collectivités locales se sentent boucs émissaires, que les finances locales sont asphyxiées, la Première secrétaire a annoncé que les socialistes, revenus au pouvoir, devront mettre en œuvre un Acte III de la décentralisation (autour de régions et de métropoles fortes).

   DSCI0892.jpg

Bien sûr, en 2012, ne croyons pas que tout sera simple à réaliser, tant les dégâts pendant ces cinq années (et les cinq années précédentes) auront été importants, puisque nous connaissons à la fois une explosion des injustices, une explosion des déficits et une explosion du chômage ! L’état du budget de la France sera difficile, nous le savons d’avance. Mon collègue et ami Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances (cf. photo avec Bernard Cazeneuve, député-maire de Cherbourg, et votre serviteur), l’a dit avec insistance à la tribune. Pour autant, être réaliste n’interdit pas d’être volontaire.

  DSCI0895.jpg

Ce fut le sens de la conclusion de ces journées pour Martine Aubry lorsqu’elle a plaidé : « Nous pouvons retrouver le chemin d’une République saine, juste, qui répartit les efforts et qui prépare l’avenir ».

  

« Chacun pour tous, tous pour chacun »… En route, camarades !

 

Pour lire le discours de Martine Aubry, DISCOURS DE MARTINE AUBRY A PAU 22-09-10cliquez ici.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires