Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 08:58

Au menu de ma journée : des (complexes) questions financières !

En effet, ce matin, avec Michel-François Delannoy, en mairie de Tourcoing, je travaille sur les conséquences financières de la réforme de la coopération intercommunale, telle que le Gouvernement escompte la mettre en œuvre sur notre métropole.

Ce midi, aux côtés de Jérôme Cahuzac, avec le Bureau de la commission des finances de l'Assemblée, nous rencontrons des représentants de la commission du budget du Bundestag conduite par sa présidente, Petra Merkel. Cette commission est l'une des plus influentes du Bundestag.

Ce type de rencontre est intéressant et important car depuis plus d'un an, les thèmes économiques et financiers sont au premier plan de l'agenda franco-allemand. La crise financière et la crise de la dette mettent les Etats dans l'obligation d'agir de manière rapide et concrète : un embryon de gouvernement économique européen est ainsi apparu le 11 mars 2011, lorsque le conseil européen a été suivi, pour la première fois, d'une réunion informelle des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro. D'évidence, et c'est un besoin, l'influence du couple franco-allemand se fait sentir au sein de la zone euro.

Pour autant, les deux pays n'abordent pas sous le même angle les questions du sauvetage des états surendettés, du gouvernement économique européen et de la stabilisation de la monnaie commune. Des divergences politiques sont ainsi encore à prévoir au stade de la mise en œuvre.

Il est vrai que l'opinion publique allemande porte sans doute un plus vif intérêt aux problèmes financiers que l'opinion publique française, une attitude qui s'enracine dans l'histoire monétaire et financière du pays.

Ainsi, les Allemands sont structurellement attachés à la stabilité monétaire. Mais ils ont aussi et surtout le sentiment qu'ils ont fait de très, très gros efforts, et estiment assez spontanément que plutôt de demander à l'Allemagne de payer la facture, ce sont ceux qui ont des déficits importants qui ont à faire ces efforts !

Il est vrai que sortie très endettée de la réunification, la République fédérale d'Allemagne a imposé tout au long des années 2000 de lourds sacrifices à ses concitoyens, réduisant les assurances-chômage, le revenu minimum, les prestations sociales et les remboursements de l'assurance-maladie, mais repoussant aussi l'âge de départ à la retraite. Aux yeux d'une grande partie de l'opinion publique allemande, le sauvetage des banques, puis des états périphériques, a réduit à néant une dizaine d'années de durs efforts.

Dès lors, le cœur de notre rencontre de ce midi a concerné la Grèce car si elle a finalement participé au sauvetage de la Grèce en mars 2010 (pour éviter le risque d'une contagion à l'ensemble de la zone euro), l'Allemagne manifeste beaucoup plus de réticences à accentuer son effort.

D'évidence, le point de vue de nos collègues allemands a évolué depuis notre rencontre à Berlin, il y a près de deux mois. Chacune des sensibilités politiques ne nie plus la vraisemblable nécessité qu'il y aura à reprofiler la dette de la Grèce, et sans doute à examiner l'exigibilité de certaines créances. Le mot restructuration n'est pas encore prononcé mais il n'est plus loin dans les esprits. Soyons francs, ce ne serait pas la panacée : pour les Allemands car leurs banques sont très exposées ; pour nous Français car ce type d'opérations va mécaniquement augmenter les taux d'intérêt sur les marchés financiers, et donc ceux qu'un état aussi endetté que le nôtre va devoir payer…

Mais qui peut croire qu'au-delà des soutiens de l'Europe et du FMI, il y ait une autre solution ? Sauf à admettre que les états européens mettent directement la main à la poche pour financer le besoin grec…

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires