Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 08:35

frondeurs.jpgSaine et tout à fait pertinente réaction que celle du Président et du Premier ministre après les déclarations et postures de Montebourg et d’Hamon ce week-end à Frangy.

 

Dès dimanche soir, ayant pris connaissance de ces propos, à des proches je disais ma consternation et que j’étais convaincu que Manuel Valls ne laisserait pas passer. Je me suis même risqué à dire qu’il irait voir le Président pour présenter la démission du Gouvernement (ce qui a l’avantage institutionnel de ne pas devoir exiger des ministres des démissions individuelles, puisque la démission du Premier ministre vaut celle de tout le Gouvernement !), qu’il serait renommé par le Président et recomposerait une équipe sans ces voix dissonantes. Il l’a fait et il a eu raison !

 

Cela ne pouvait plus durer. Enfin ! J’ai dit à la presse que j’étais soulagé de cette décision ; oui, j’en suis satisfait. Car sur la forme comme sur le fond, le jeu de Montebourg n’était plus acceptable.

 

Sur la forme, car dans la Ve République, le Gouvernement dépend du Président, et il ne peut y avoir de dérive acceptable par rapport au cap fixé par celui-ci : qu’Arnaud accorde au Monde une interview deux jours après celle du Président dans laquelle il exprime sa dissonance avec les propos présidentiels, n’est institutionnellement pas possible !

 

Et sur le fond, la question-clé de la réussite économique, c’est la crédibilité de notre politique économique (crédibilité internationale pour obtenir la confiance financière des marchés car on en a besoin pour payer les intérêts de notre dette colossale ; crédibilité interne auprès des investisseurs car le retour de la croissance passe par l’investissement productif et l’incitation à investir des responsables économiques), et celle-là, comme a dit le Président, a besoin de confiance dans les mesures annoncées : « La constance, c’est la confiance ! », a dit F. Hollande. Et si quelqu’un d’aussi emblématique que le ministre en charge de l’économie semble laisser dire qu’on pourrait faire autre chose que ce qu’a annoncé le Président, il sème le doute et risque de briser l’effet recherché par le Président et le Premier ministre, à savoir la stimulation de l’investissement dont on a tant besoin pour créer des emplois.

 

Ces voix dissonantes socialistes, à l’intérieur du gouvernement comme à l’extérieur, il faut que cela s’arrête !

 

Je le dis tout net ! Bon, là, ça suffit !

 

La ligne, c’est le Président, élu au suffrage universel, et le Premier ministre, qui a obtenu la confiance de l’Assemblée, qui la donnent ! Et personne d’autre !

 

Les prétendus frondeurs ne sont rien d’autre que des saboteurs qui ne cessent de compliquer l’action gouvernementale ! C’est une honte, ce jeu de sape, car faire croire qu’on peut faire une autre politique est, outre une aberration économique, une faute politique grave !

 

Lesdits frondeurs émettent des idées qui sont très minoritaires dans le groupe socialiste : depuis quand les élucubrations de 25 personnes, plus obsédées par la préparation du prochain congrès du PS et / ou par la prochaine présidentielle que par l’avenir de la France, s’imposent-elles à la majorité ? Les primaires et l’élection présidentielle ont réparti les rôles ; il faut tout faire pour que le Président Hollande réussisse car aucun socialiste ne regagnera la présidentielle de 2017 sur son échec !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires