Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Ecole sur 4 jours : Wattrelos y est favorable, dès septembre 2017 !
    Le nouveau Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer l’a affirmé : un décret sera publié très prochainement afin de permettre aux communes de se prononcer sur l’organisation de la semaine d’école sur leur territoire. A Wattrelos, la réponse...
  • Elections : C. Osson en tête, à Wattrelos et à Roubaix !
    Longue journée que ce dimanche électoral. Longue parce que, ça y est, ce 1er tour amorce concrètement le processus de ma succession comme Député de la 8e circonscription : dans dix jours, après cette vie intense le jour, la nuit, ces week-ends inexistants,...
  • Un député c'est un acteur local !
    Je suis toujours surpris de voir que certains considèrent que la fonction d’un député n’est que de faire des lois : c’est loin d’être uniquement le cas ! Le député a aussi un rôle local, c’est un acteur de territoire important. C’est même à mes yeux sa...
  • Législative : amis et camarades, soyons tous responsables !
    Je n’ignore pas, bien sûr, les aigreurs et les amertumes qui suivent les décisions qui tranchent un processus de désignation d’un candidat aux élections. Faire un choix, c’est nécessairement faire des mécontents, dont certains peuvent avoir, légitimement...
  • Je choisis Wattrelos !
    En 2012, on s’en souvient peut-être, c’est le 10 mai que j’avais annoncé ma candidature aux élections législatives. La loi sur le cumul des mandats interdit à partir de 2017 le cumul d’un mandat parlementaire, député ou sénateur, et d’un exécutif municipal,...
  • Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !
    Au lendemain du 2ème tour d’une élection présidentielle où l’extrême-droite aura été présente, la commémoration de la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945 ne peut que se tenir avec gravité, en sus de la solennité et du respect de la cérémonie. Au cimetière...
  • Présidentielle (3) : faire réussir le Président pour faire réussir la France !
    J’entends déjà ce dimanche soir des états d’âme, des atermoiements. Pour certains à gauche, des menaces même : Emmanuel Macron est à peine élu que certains lancent la charge pour le combattre ! Savent-ils ce qu’est la démocratie ? L’élection – surtout...
  • Présidentielle (2) : ouf, Le Pen battue, mais le vote FN est trop lourd !
    Oui, ce dimanche soir, c’est à la salle Salengro, et dès les premiers sondages connus, une satisfaction en même temps qu’un soulagement : Marine Le Pen est battue. Elle ne dépasse pas les 40 % redoutés au niveau national : elle se tient à un peu plus...
  • Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !
    C’est fait ! Ce dimanche soir à la salle Salengro, cela faisait plusieurs heures qu’avec les informations via les réseaux sociaux des votes aux Etats-Unis, dans les Dom-Tom, ou des résultats des sondages « sortie des urnes », la peur d’un scrutin serré...
  • Les factures délirantes de Le Pen seront pour les Français !
    Beaucoup, je l’espère, qui auront regardé le débat du 2ème tour, auront compris que Marine Le Pen ment aux Français, que son programme n’est qu’approximatif, non finançable et dangereux par ses insuffisances. Qui n’a pas compris que sur une promesse telle...
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 15:38

Censure-rejetee.jpgC’est vrai qu’avec la démission de Jérôme Cahuzac, le contexte de la motion de censure déposée par l’opposition, et défendue à la tribune par Jean François Copé, rendait très attendue la réponse du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault. Celui-ci aura su être offensif d’entrée, en objectant à Jean-François Copé dès sa montée à la tribune, cette phrase de Clémenceau : « Ne craignez pas de vous faire des adversaires ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait ! ».

 

Le Premier Ministre a fait un discours de véritable chef de gouvernement qui sait où il va, comment il le fait, et ce que sera la France au terme du quinquennat. Il s’est ainsi placé à un autre niveau que le texte de l’opposition (qui n’était d’ailleurs pas unanimement enthousiaste pour le voter : ni Fillon ni Le Maire, par exemple, ne sont là !).

 

« L’honneur de la politique, c’est de s’élever à la hauteur des grandes épreuves que traverse la France. Il faut aller à l’essentiel. Il faut repenser un projet national et européen. Il faut répondre à la crainte du déclassement individuel et collectif. Ce qu’il faut réveiller, c’est l’espoir ! ».

 

Il a affirmé une volonté : « Mon modèle à moi, c’est la France ; ma référence, c’est la République ». Il a dénoncé « le dénigrement », la peur que sème l’opposition : « La peur ce n’est pas un programme, c’est la paralysie. Il faut réarmer le pays » a plaidé Jean Marc Ayrault, en précisant le « modèle français » qu’il défend, où il y aura « nouvelles sécurités dans le travail, une protection sociale assainie et plus juste, une société responsabilisée et plus soudée qui fait vivre ses principes de laïcité et d’égalité des droits, une jeunesse qui a la certitude d’avoir sa place ».

 

Il aura insisté sur le combat contre la dette « qui a aliéné la liberté de la France, l’a rendue dépendante des banques et des marchés financiers ». La dette est l’ennemie de la France. « En 10 mois, le Gouvernement a réduit les déficits, rétabli la justice des prélèvements (en demandant l’effort à ceux qui ont le plus) et engagé un programme sans précédent d’économies ».

 

Mais aussi a souligné sa politique pour l’investissement et les réformes : transition écologique, Grand Paris, relance du logement, ordonnances pour nettoyer l’accumulation des normes, refondation de l’école, la grande bataille de l’emploi… « En 10 mois, nous avons fait ce que vous n’avez pas fait en 10 ans ».

 

A Jean-François Copé, il a envoyé, cinglant : « Cette motion de censure se trompe de destinataire, ce n’est pas à mon gouvernement qu’il faut l’adresser, c’est à nos prédécesseurs ». Et Jean-Marc Ayrault de conclure que plutôt que de « s’enliser dans les confrontations stériles qui font le bonheur des populismes », mieux vaut engager « une formidable mobilisation pour le redressement de la France ».

 

Puis vinrent les interventions des orateurs de chaque groupe. Bruno Le Roux, pour le groupe socialiste, a rappelé, face à Jean-François Copé : « Vous voulez censurer, nous voulons proposer. Vous voulez dénigrer et diviser, nous voulons rassembler et entraîner » et a réaffirmé sa « confiance » au gouvernement.

 

La censure aura finalement été rejetée bien sûr : seules 229 voix l’ont voté. Il en eut fallu 289 pour que le gouvernement fût renversé.


Partager cet article

Repost 0

commentaires