Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Ecole sur 4 jours : Wattrelos y est favorable, dès septembre 2017 !
    Le nouveau Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer l’a affirmé : un décret sera publié très prochainement afin de permettre aux communes de se prononcer sur l’organisation de la semaine d’école sur leur territoire. A Wattrelos, la réponse...
  • Elections : C. Osson en tête, à Wattrelos et à Roubaix !
    Longue journée que ce dimanche électoral. Longue parce que, ça y est, ce 1er tour amorce concrètement le processus de ma succession comme Député de la 8e circonscription : dans dix jours, après cette vie intense le jour, la nuit, ces week-ends inexistants,...
  • Un député c'est un acteur local !
    Je suis toujours surpris de voir que certains considèrent que la fonction d’un député n’est que de faire des lois : c’est loin d’être uniquement le cas ! Le député a aussi un rôle local, c’est un acteur de territoire important. C’est même à mes yeux sa...
  • Législative : amis et camarades, soyons tous responsables !
    Je n’ignore pas, bien sûr, les aigreurs et les amertumes qui suivent les décisions qui tranchent un processus de désignation d’un candidat aux élections. Faire un choix, c’est nécessairement faire des mécontents, dont certains peuvent avoir, légitimement...
  • Je choisis Wattrelos !
    En 2012, on s’en souvient peut-être, c’est le 10 mai que j’avais annoncé ma candidature aux élections législatives. La loi sur le cumul des mandats interdit à partir de 2017 le cumul d’un mandat parlementaire, député ou sénateur, et d’un exécutif municipal,...
  • Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !
    Au lendemain du 2ème tour d’une élection présidentielle où l’extrême-droite aura été présente, la commémoration de la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945 ne peut que se tenir avec gravité, en sus de la solennité et du respect de la cérémonie. Au cimetière...
  • Présidentielle (3) : faire réussir le Président pour faire réussir la France !
    J’entends déjà ce dimanche soir des états d’âme, des atermoiements. Pour certains à gauche, des menaces même : Emmanuel Macron est à peine élu que certains lancent la charge pour le combattre ! Savent-ils ce qu’est la démocratie ? L’élection – surtout...
  • Présidentielle (2) : ouf, Le Pen battue, mais le vote FN est trop lourd !
    Oui, ce dimanche soir, c’est à la salle Salengro, et dès les premiers sondages connus, une satisfaction en même temps qu’un soulagement : Marine Le Pen est battue. Elle ne dépasse pas les 40 % redoutés au niveau national : elle se tient à un peu plus...
  • Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !
    C’est fait ! Ce dimanche soir à la salle Salengro, cela faisait plusieurs heures qu’avec les informations via les réseaux sociaux des votes aux Etats-Unis, dans les Dom-Tom, ou des résultats des sondages « sortie des urnes », la peur d’un scrutin serré...
  • Les factures délirantes de Le Pen seront pour les Français !
    Beaucoup, je l’espère, qui auront regardé le débat du 2ème tour, auront compris que Marine Le Pen ment aux Français, que son programme n’est qu’approximatif, non finançable et dangereux par ses insuffisances. Qui n’a pas compris que sur une promesse telle...
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 12:36

Univ-Lomme-sept-2013.jpgRituel bien connu que l’université de rentrée de la fédération du Nord du PS à Lomme. Sur le thème Tout pour l’emploi, la journée a une particularité pour moi cette année, il m’a été demandé d’intervenir dans un atelier : Fiscalité nationale et locale : trouver l’équilibre.

 

Aux côtés de Martine Filleul, animatrice, vice-présidente du Conseil général, de Didier Manier, 1er vice-président du Conseil général, et de Rudy Elegeest, vice-président du Conseil régional, j’ai souligné combien la politique financière de la gauche est sous double contrainte : celle de l’héritage et celle de l’équilibre des efforts à conduire. Et je veux porter trois messages.

 

Univ-Lomme-sept-2013_2.jpgD’abord dire que la baisse des déficits est un préalable incontournable : il est indispensable de rétablir ou de maintenir la soutenabilité de notre dette publique, la souveraineté financière de la France et la crédibilité de notre politique financière.

 

Sous Nicolas Sarkozy, la dette publique a explosé : plus de 20 points de PIB durant la période (+4,7 % PIB / an) ! 19 110 € par habitant en 2007, mais 27 800 € en 2012 ! Soit 64,2 % du PIB en 2007, mais 89,9 % fin 2012 (soit une augmentation de + 600 Mds €). Et avec elle, les charges d’intérêt payées qui n’avaient jamais dépassé 40 Mds € par an de 2002 à 2010, ont atteint 46,5 Mds en 2011 et 48,5 Mds en 2012 ! Il y a, dans la France laissée par Nicolas Sarkozy un problème de soutenabilité de la dette publique et de sa charge, avec un risque de surendettement public.

 

La souveraineté de la France est aussi en cause car outre que le besoin de financement de l’Etat est devenu colossal, ce sont près de 70 % de la dette de l’Etat qui sont financés par les non-résidents (48 % en 2003).

 

Compte tenu de ces boulets aux pieds, nous n’avons pas d’autre choix que la crédibilité de la politique financière menée car si les marchés (c'est-à-dire nos financeurs !) doutent (notamment de notre volonté de réduire nos déficits du budget, des comptes sociaux, des retraites…), nous paierons nos emprunts plus chers (prime de risque majorée, donc taux d’intérêt plus élevés) ! Or si les taux d’intérêt augmentent de + 1 %, cela coûtera + 2 Mds € la première année, + 4 Mds la deuxième année… et + 14 Mds en 10 ans. Et avec + 2,3 ou 4 % de plus sur nos charges d’intérêt, c’en serait fini de nos rêves de gauche de dépenser pour nos écoles, la sécurité, l’emploi ou l’industrie ! Ne pas réduire prioritairement les déficits que la droite nous a légués, c’est avoir la certitude que très vite nous donnerions plus d’argent à nos banquiers (étrangers !)… mais que nous en aurions d’autant moins pour financer les besoins sociaux de notre pays.

 

Mon second message est, dans cette stratégie financière, qu’il nous faut trouver un juste équilibre entre la réduction des dépenses et la hausse des recettes, c'est-à-dire la hausse des impôts.

 

Et le troisième message est que, de la même manière, il nous faut trouver un juste équilibre entre les dépenses de l’Etat et les dépenses des collectivités locales, c'est-à-dire entre la fiscalité nationale et la fiscalité locale. Les dotations que verse l’Etat aux collectivités locales sont évidemment une dépense pour le premier mais ce sont des ressources pour les secondes. Alors que pour 2014-2015, le Gouvernement, soucieux de pause fiscale, fera porter l’effort essentiel de réduction des déficits sur les économies de dépenses, il est clair qu’il ne peut ne pas se soucier de ce poste important des dotations aux collectivités locales (100 Mds € pour un total de budget total de l’Etat de 300 Mds). D’où l’intérêt de notre atelier cet après-midi.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Divers
commenter cet article

commentaires