Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est député de la 8e circonscription du Nord et maire de Wattrelos
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • A Arras, E. Macron : réduire les fractures, pour une France de l'unité !
    Dès le début du meeting d'Arras, Jean-Paul Delevoye, citant le Général de Gaulle, situe l'enjeu de l'élection présidentielle : "Les nations ne meurent pas, mais elles peuvent se suicider" ! Et il appuie : "Vous êtes à un moment de l'histoire où le monde...
  • Wattrelos, une tentation des extrêmes plus forte qu'en France ?
    A dire vrai, si ce vote des extrêmes est plus prononcé à Wattrelos qu'en moyenne nationale, il est cependant moins fort que dans le sud du Département du Nord ou dans le Pas-de-Calais. Parmi les candidats à l'élection présidentielle, les programmes de...
  • Une « girouette », et puis quoi encore ?
    Décidément, dans cette campagne présidentielle hors normes, les haines recuites et personnelles semblent prendre le dessus sur la raison et la qualité du débat démocratique. Et certains, à gauche, semblent mettre plus de prix (et de temps et d’énergie...
  • 15 jubilaires pour 805 années de mariage : "All you need is love"
    Après, samedi, les visites à domicile des couples de jubilaires qui ne peuvent se déplacer à l’Hôtel de ville, comme chaque année le lundi de Pâques a lieu la réception en mairie des ménages jubilaires. Ils sont 15 cette année, pour 10 couples qui ont...
  • Réception, intronisation : vive le Carnaval 2017 !
    C’est une tradition toujours sympathique que la réception dans les salons de l’Hôtel de Ville qui « lance » officiellement les festivités de notre week-end carnavalesque. Les représentants d’Eschweiler sont présents, sous la houlette de Norbert Weiland...
  • Ami de la Bourle, Daniel Germonprez à l'étaque au paradis des bourleux !
    Il était le président de la Fédération des sociétés de bourle depuis de nombreuses années : Daniel Germonprez est décédé hier soir des suites d’une longue maladie. J’étais passé le voir à l’hôpital de Wattrelos hier pour lui témoigner mon amitié et lui...
  • Wattrelos et Köthen à l'Assemblée Nationale
    Lundi 27 mars, à mon invitation, sous un magnifique soleil de printemps, 17 élèves de 4ème, 3ème, 2nde et 1ère de la Cité scolaire Emile Zola de Wattrelos et 17 élèves allemands du Ludwigsgymnasium de Köthen, notre ville jumelée d’Allemagne orientale,...
  • Présidentielle (2) : Socialiste, dès le 1er tour je vote et j'appelle à voter pour Emmanuel MACRON
    Dans ma vie politique, j’ai toujours dit ce que je pense. Je dis ce que je crois juste : - juste pour mes concitoyens : ici, les Wattrelosiens, comme les Français, ont beaucoup à perdre d’une victoire de Le Pen, mais aussi d’une victoire de Fillon ! -...
  • Présidentielle (1) : Battre Le Pen, il ne faut penser qu'à ça !
    Dans un mois aura lieu le 1er tour de l’élection présidentielle. Après le renoncement de François Hollande, Président sortant, cette élection 2017 ne ressemble à aucune autre. Après deux ans de pressions terroristes, des « affaires » judiciaires de certains...
  • Patrick Kanner à Saint-Rémi pour parler de sport
    L’Académie des Sports, du lycée Saint-Rémi de Roubaix, accueillait ce mardi matin Patrick Kanner, Ministre de la Ville, des Sports, de la Jeunesse et de la Vie Associative. J’ai accompagné le Ministre, et nous fûmes rejoints par le maire de Roubaix. Dans...
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 22:03

Hommage-P.-Beregovoy_2.jpgIl y a près de 20 ans, le 1er mai 1993, Pierre Bérégovoy disparaissait tragiquement à Nevers. En fin d’après-midi, dès après le vote de la loi sur le mariage pour tous, entouré des auteurs et de la famille de l’ancien Premier Ministre, Claude Bartolone présente à l’Hôtel de Lassay l’ouvrage Pierre Bérégovoy en politique, rédigé par deux historiens, Noelline Castagnez et Gilles Morin.

 

Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, en ouverture de la manifestation rappelle son amitié et sa complicité avec l’ancien Premier Ministre, et salue un livre qui s’intéresse à « l’enveloppe humaine de l’homme politique », lui qui « fut un homme intègre et un militant socialiste de toujours ».

 

Engagé à 21 ans à la SFIO en 1946, secrétaire à 23 ans de la section de la Seine-Inférieure, au PSA en 1958, au PSU en 1960, successivement compagnon de route de Pierre Mendès-France, d’Alain Savary et soutien de François Mitterrand dès 1965, il fonda Socialisme moderne en 1968. Il fut secrétaire national du PS en 1975, candidat aux législatives à Maubeuge en 1978, avant de jouer un rôle décisif dans la campagne de François Mitterrand en 1981, qui en fit ensuite le secrétaire général (hors normes !) de l’Elysée après la victoire. Son parcours ministériel est plus connu.

 

Tout cela est encore récent, mais c’est dans l’Histoire. Ce n’est pas facile pour les historiens de travailler avec un recul si limité car toutes les archives ne sont pas encore ouvertes. Mais par les temps agités que connaît notre pays, et la Gauche au pouvoir, savoir se souvenir de l’un des siens, qui commença ouvrier, fut un militant besogneux, sut transformer en profondeur la France avant d’être Premier ministre mais qui mit finalement un terme à ses jours après une défaite électorale dont il s’est (trop, incontestablement) attribué « la faute » (comme le dit ce soir François Loncle), ce travail d’histoire est utile.

 

J’ai eu à connaître, dans mes responsabilités antérieures de collaborateur ministériel, Pierre Bérégovoy, et me suis trouvé à siéger avec lui, soit au CES, soit à l’Assemblée au banc du gouvernement. Ce soir, cela fait plaisir de revoir, avec 20 ans de plus, certains de mes copains qui travaillaient à ses côtés : Olivier Rousselle, Régis Paranque, François Laumonier, Pierre Bertinotti, Jean-Marcel Bichat… tout cela en présence d’élus nivernais (Didier Boulaud, Martine Carillon-Couvreur, Christian Paul)  qui l’ont bien connu.

 

Les auteurs du livre le martèlent : Pierre Bérégovoy, tout au long de son parcours, y compris dans ses relations (étroites) avec le monde syndical, a eu une obsession : concilier l’idéal et le réel. C’est toujours d’actualité pour la Gauche au pouvoir…

Hommage-P.-Beregovoy.jpg 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Arthur Varzy 29/04/2013 03:34


Je trouve que cette musique résume bien la situation.               http://www.youtube.com/watch?v=necZtb6Rm4c

Jean-Pierre DELANNOY 26/04/2013 00:51


Dans la  vie de Pierre BEREGOVOY, deux noms sont souvent cités pour souligner sa fidélité, ceux de P.MENDES FRANCE et de F.MITTERRAND.Or, P.BERGOVOY était membre du club créé par A.SAVARY,
l'UGCS, et y disposait d'une réputation suffisante pour que le chef de file exige sa présence au Secrétariat national du premier nouveau PARTI, celui cééé en 1969 à IISY LES MOULINEAUX, après la
désastreuse candidature présidentielle de Gaston DEFFERRE en Mai 1969.Il était alors de ceux qui défendaient l'idée qu'Alain SAVARY pouvait pouvait être un bon candidat en face du candidat
déclaré, Gaston DEFEFRRE, et du candiddat des coulisses, François MITTERRAND.Au Congrès d'EPINAY, en 1971, BEREGOVOY soutint toujours SAVARY et ce fut en 1973 qu'il rejoignit MITTERRAND dont plus
personne ne contestait alors l'autorité au PS.Il est également vrai que BEREGOVOY,après avoir quiité la SFIO en 1958, en raison d'un désaccord avec G.MOLLET sur la décolonisation et le retour au
Pouvoir de DE GAULLE, rejoignit alors le PSA,prermière mouture du PSU où il travailla aux côté de P.MENDES FRANCE(qui avait quiité le Parti RADICAL) et A.SAVARY, qui avait lui aussi quiité la
SFIO pour les mêmes raisons que lui.On peut donc  dire, avec Claude FUZIER, qui lui rendit un bel hommage en Octobre 1993, dans un bulletin del'OURS, que les fidélités de Pierre BERGOVOY
furent successives, ce qui était un constat, et non une critique dans sa bouche.D'ailleurs, dans son hommege, C.FUZIER, aujourd'hui disparu, écrivait "qu'il est probable que le climat général
dans lequel il s'est trouvé pendant les semaines qui ont précédé et suivi la défaite de la Gauche l'a conduit à penser que sa vie n'était plus suppportable , et, pourquoi pas, à imaginer un
sacrifice pour exorciser le malheur."Et FUZIER de poursuivre alors que , pour lui, "l'unique attitude concevable est de s'inclner respectuseusement devant un homme qui aura très simplement
rappelé que l'action politique n'est pas un jeu ou une succssion de calculs"

Alexandre Borrell 25/04/2013 14:18


Je me permets de renvoyer à la page Internet de notre ouvrage : http://www.parlements.org/cliopolis/2013_Pierre_Beregovoy_en_politique.htm.


Bien cordialement,


Alexandre Borrell