Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 15:47

Cet après-midi, au Zénith de Dijon, François Hollande a rendez-vous avec la France des territoires, celle des élus de bon nombre de régions de France ! Dijon1-Ayrault.jpg

Président des élus socialistes et républicains du Nord, pas question pour moi de ne pas y être.

Train ce matin tôt, avec Bernard Derosier d’abord, puis au départ de Paris, avec J.-C. Cambadélis, M. Valls, d’autres collègues députés, et… François ! Bus à l’arrivée, pour rejoindre le Zénith avec mon président de groupe J.-M. Ayrault (cf. photo ci-dessus) et Dijon1_2Rebsamen.jpgun accueil sympa de mon vieux complice, François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon (cf. photo ci-contre).

Alors qu’elle a la responsabilité de lancer le meeting, ma collègue et copine Aurélie Filipetti, rappelle, avec justesse, qu’ « être élu, c’est être choisi par le peuple pour le représenter », et cite Albert Camus : « L’espoir, c’est la mémoire qui désire ».

En accueil, François Rebsamen dresse le bilan calamiteux de Nicolas Sarkozy, qui a privé les collectivités locales de ressources avec ses « improvisations fiscales », et décrit son comportement par trois mots : « méconnaissance, méfiance, mépris ». Il salue lui, au contraire, les 500 000 élus locaux, qui sont le « cœur battant de la République ».

François Hollande aussi ouvrira son discours en rendant hommage aux élus « les représentants de la République, ses premiers serviteurs, pour donner de la vitalité et de l’humanité à nos territoires ».

« Les lois de décentralisation ont changé la France. Elles ont permis d’inventer les politiques publiques et de mieux répondre aux besoins de la population. Elles ont donné le souffle de la démocratie ».

Avec émotion, il rappelle : « Elus de la République, je suis l’un d’entre vous. J’ai approuvé de la fierté d’être appelé M. le Maire. Je n’oublie pas qu’avec les cinq lettres du mot maire, on écrit le mot aimer. En novembre 1994, François Mitterrand avait dit « pour être aimé, mieux vaut être aimable » ; cela vaut d’être entendu au-delà d’ici ! » (j’avoue que, cet après-midi, je déguste à titre personnel, ces deux phrases !).

« Aimer la France, c’est la servir ».

« Je ne suis pas venu vous présenter une nouvelle Constitution, ce qui ne signifie pas renoncer à faire évoluer notre texte fondamental. Ce que je veux changer, cela s’appelle le respect, la démocratie, le sens de l’Etat ».

« L’omnipotence conduit à l’impuissance, et l’impuissance à l’irresponsabilité : ce qui est dit n’est pas fait, et ce qui est fait n’est pas dit ! .

La nouvelle présidence que je veux incarner se fixe pour premier devoir de rendre des comptes : tous les six mois, présenter l’évaluation des résultats par rapport aux objectifs, et vérifier chaque année la confiance du gouvernement à l’Assemblée nationale ! Le premier engagement, c’est d’en terminer avec les outrances, c’est celui d’ouvrir un ton nouveau, celui de la constance, de la clarté.

Je revendique la simplicité, la normalité. Le pouvoir ne réside pas dans les apparences. Le pays s’est lassé des annonces sans effets : le pouvoir s’use à force de ne pas servir le pays. L’autorité appelle la sérénité. La légitimité requiert le respect.

Le prochain Président sera indépendant. D’abord de son propre parti, car celui qui exerce la fonction n’est plus le chef d’un parti, il est le chef de l’Etat ! ». De même vers les forces économiques, « recevoir les patrons du CAC 40 autant que nécessaire, être invité par eux le moins possible.

Le nouveau Président décidera de l’essentiel, de la route à suivre. Le Gouvernement jouera tout son rôle. Il déterminera et conduira la politique de la nation. Les ministres seront les chefs de leur administration. Si je suis élu Président de la République, il y aura donc un Gouvernement !.

Bien écouter, c’est déjà répondre. J’attache du prix à la concertation. En démocratie, on préside par le dialogue. Le Président élu ne pourra réussir que s’il rassemble autour de lui les forces vives.

Il veillera à un Etat impartial, qui sert les citoyens et non le pouvoir, un Etat respectueux de son administration, nommant une fonction publique de qualité ». Il déplore qu’il a été procédé «  à des nominations partisanes, surtout au ministère de l’intérieur, à l’administration publique, dans les services hospitaliers… A l’avenir, les fonctionnaires seront nommés pour leur compétence ! La seule loyauté qui leur sera demandée sera à l’Etat, pas au chef de l’Etat !

Le nouveau Président respectera les pouvoirs qui ne procèdent pas du sien. De nouveaux droits seront reconnus au Parlement, pour contrôler, pour engager de grands débats (énergie, bioéthique…) Nous introduirons une part de proportionnelle dans le mode de scrutin législatif.

Je respecterai l’autorité judiciaire, la liberté d’information (la presse écrite doit jouer un rôle majeur) et mettrai en place une nouvelle instance de régulation de l’audiovisuel.

Je ferai inscrire la démocratie sociale dans la Constitution. Le referendum doit être réservé pour deux causes : un changement profond de Constitution ; le transfert de souveraineté. On ne convoque pas le peuple français sur une cause secondaire : c’est cela, respecter le peuple français ! ». Dijon1_3.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires