Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 13:46

photo (2)valls1A quelques heures du vote sur le programme de stabilité pour 2014-2017, le Premier Ministre Manuel Valls était ce matin devant le groupe socialiste de l’Assemblée, en présence de Jean-Christophe Cambadélis, nouveau Premier Secrétaire.

 

Pédagogue, voulant rassembler, le Premier Ministre a insisté sur les questions de méthode, rappelant le court laps de temps depuis sa déclaration de politique générale, qui donne la feuille de route : « Nous sommes le Gouvernement de la France et nous devons assumer cette majorité ». S’il n’est pas défavorable au débat, encore faut-il que celui-ci soit «respectueux et responsable : certaines interpellations par voie de presse, véritable pilonnage, sont allées trop loin et nous affaiblissent tous».

 

Le vote d’aujourd’hui « est un moment décisif pour les socialistes, pour la gauche, pour le pays ».


« La France est en train de décrocher sur le plan économique, industriel : c’est pour cela qu’il faut favoriser le choix de la baisse du coût du travail », et M. Valls rappelle que « si nous gouvernons, c’est parce que la France est en difficulté ». Autre choix : « Les économies, non pas parce qu’on nous l’impose, mais parce que l’impératif de réduction du déficit est incontournable ».

 

photo2 vall1

Et il interroge : « Est-ce une politique d’austérité ? Non car on maintient les efforts en faveur de l’école, la priorité aux investissements pour la recherche, nos choix pour la justice, la sécurité. Non plus dans la fonction publique, où nous avons refusé le gel des avancements, pratiqué la revalorisation des catégories C et B, et pour le privé, la revalorisation de 500 €. Et dans le pacte, ce qui a été décidé sur le plan pauvreté, les petites retraites, la revoyure pour les fonctionnaires, l’augmentation de + 5% de l’ASF et de + 10 % pour le complément familial, répondent à la demande de justice sociale. »

 

Une mesure d’allégement de la fiscalité pour les plus modestes est par ailleurs en préparation.

 

Dès lors, Manuel Valls pose aux socialistes la bonne question : « Avons-nous la volonté de poursuivre ensemble, ou de manifester notre désaccord par rapport à la stratégie qui est la nôtre ? ».

 

Solennel, le Premier Ministre souligne que le programme de stabilité présenté est la stratégie des trois prochaines années. Le vote à émettre n’est pas « un vote consultatif, c’est un vote collectif qui engage le groupe, le PS, et le gouvernement devant les Français ! Il est décisif pour la crédibilité de la France ».

 

Si bon nombre d’élus socialistes ont été évidemment secoués par les résultats des municipales, M. Valls rappelle – et il a raison, ô combien – une autre évidence, c’est que « l’essentiel de votre mandat est devant vous » ; et face à l’adversité, « si on se résigne, si on ne croit pas à la force de la politique, c’est perdu ». Lui se refuse à la résignation et, s’il a conscience de proposer « un chemin difficile », c’est parce qu’il mène à l’efficacité. Une efficacité économique mais aussi politique car notre obsession commune ne doit-elle pas être de faire en sorte que la Gauche soit « capable de gouverner dans la durée » ?

 

« Les choix qui vont être faits aujourd’hui le seront pour le pays », et le Premier Ministre conclut par une exhortation à la responsabilité, que je partage complètement : « Assumons l’exercice du pouvoir, il en va de l’avenir de la France » !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires