Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 16:21

« Donner plus à ceux qui ont plus » : telle est la conclusion d’une analyse chiffrée des politiques fiscales menées en France depuis 2002, et surtout depuis 2007.

 

La politique fiscale depuis 2002 a été marquée par une forte baisse des impôts au profit des ménages les plus aisés. Les deux-tiers des baisses d’impôts de la période, soit 20 milliards d’euros par an sur un total de 30 (exactement : 18,4 Mds € sur 28,4 Mds €) ont été consacrés aux plus riches. C’est le cas de l’essentiel des réformes phares décidées par l’exécutif depuis 2002 : de la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) à la baisse de l’ISF et de la fiscalité des successions et donations, en passant par la création du bouclier fiscal et la réduction d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile.

 

Cette redistribution au profit des plus aisés a été financée par des prélèvements équivalents sur les classes moyennes. Ces prélèvements ont notamment transité via la fiscalité locale (qui est passée de 4,9 à 5,8 % du PIB) et les prélèvements sociaux (la ponction a été de 8 Mds € sur les classes moyennes). C’est ce qui explique que les prélèvements obligatoires soient restés stables sur la période. Au total, plus d’un point de la richesse nationale (20 Mds €, donc) a été pris des poches de tous les Français pour être donné aux ménages les plus riches. La Droite mène une politique de redistribution à l’envers.

 

Les baisses d’impôts appauvrissent l’Etat. Depuis 2002, les recettes fiscales de l’Etat ont baissé d’à peu près 10 % ! La redistribution réalisée est au demeurant financée par les prélèvements sur les jeunes et les générations futures. Les baisses de recettes fiscales ont en effet été en partie financées par l’endettement, via un creusement du déficit budgétaire, qui devra in fine être remboursé par les générations futures.

 

La politique fiscale a été orientée vers la rente, en contradiction avec l’objectif affiché de revaloriser le travail. C’est une révolution discrète : depuis 2002, la fiscalité du patrimoine et de ses revenus a été considérablement et systématiquement affaiblie, là encore au profit des ménages les plus aisés. Ainsi, la loi dite TEPA de l’été 2007 a permis une baisse des droits de mutation d’un coût de 2,3 milliards € au seul bénéfice de ceux qui ont la chance d’hériter un capital. Ainsi un couple de 50 ans peut transmettre un patrimoine de 1,5 million d’euros à ses deux enfants en franchise totale d’impôt au terme de deux donations puis d’un héritage pour le capital restant. La réduction des droits de mutation n’a de fait concerné qu’une minorité de ménages… les plus aisés !

 

Injuste socialement, cette politique fiscale est d’autant plus critiquable qu’elle s’accompagne :

 

Ø      d’un bilan économique médiocre, avec une série de mesures fiscales contre-productives pour la croissance et l’emploi : une redistribution sociale à l’envers qui affaiblit la consommation populaire, des exonérations pour les heures supplémentaires qui ont provoqué une forte accentuation du chômage, des mesures clientélistes chères et bien peu efficaces économiquement comme la baisse de la TVA pour la restauration ;

 

Ø      d’un bilan budgétaire préoccupant, avec un endettement public qui dérive rapidement (cf. article du mardi 6 avril).

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

leroux pierre 25/04/2010 11:13



Pourquoi toujours faire payer les memes, alors que seul un francais sur deux paie l impot sur le revenu .....


tout le monde profite des infrastructures et aides publiques, donc chacun devrait souscrire en fonction de ses revenus , en incluant les aides en tous genres , qui sont des revenus deguises .


c est tres facile a mettre en place , il faut une reforme des tranches


Effectivement cela ne devrait guere plaire a vos electeurs, mais nous parlons de justice et d egalite sociale, ainsi le fosse sera moins large