Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Lire, avec Luc Veroone, l'histoire de la Vieille place et de Pierre Catteau
    Arrivé à 18 mois à Wattrelos en 1955, (lorsque ses parents, roncquois d’origine, reprennent la pâtisserie Wagon au 75 rue Pierre Catteau), Luc Veroone a repris l’affaire familiale bien connue de la rue Pierre Catteau en 1985, et c’est l’histoire d’une...
  • Logement, SIA rue Jules-Guesde, ça se termine !
    Que de changements en un an ! L’été dernier, je visitais le chantier que la société SIA Habitat avait lancé au 136 rue Jules Guesde, sur le site de l’ancienne usine Dubar-Warneton. Il ne s’agissait à l’époque que de mouvements de terre, laissant toutefois...
  • Le foyer médicalisé accueillera ses pensionnaires en janvier 2018, enfin !
    Parmi les dossiers que j’ai voulu impulser quand je suis devenu maire en 2000, celui-là me tient particulièrement à cœur, et même s’il fut particulièrement long et complexe à faire aboutir, je ne boude pas ma satisfaction que l’ouverture de ce nouvel...
  • Le quartier du Touquet aura sa salle de sports à la rentrée !
    Elle sera prête à accueillir les sportifs fin septembre : la salle de sport du Touquet Saint-Gérard, rue de Boulogne, est en voie d’achèvement, et sa conception, boisée et colorée, est novatrice et agréable à l’œil. Sa construction a débuté au mois de...
  • Tourcoing-Beaulieu, ça y est, on ouvre !
    C’est le grand chantier de voirie 2016-2017 : la liaison Tourcoing-Beaulieu, dite Habitat-Travail, s’achève officiellement ce matin dans sa partie située la plus à l’est, c’est-à-dire à Beaulieu. J’ai le plaisir de procéder symboliquement, en compagnie...
  • Centres aérés 2017 : même pas peur !
    Les centres aérés, cela ne se raconte pas, cela se visite ! C’est ce que, comme chaque année, je fais ce matin en compagnie de mes collègues élus, notamment mon Adjointe en charge des activités périscolaires, Sylvie Zaïdi, qui fête ce jour son anniversaire...
  • 14 juillet : besoin de rien, envie de fête !
    Le 14 juillet à Wattrelos, c'est d'abord une belle fête populaire qui a trouvé son espace et son public depuis qu'elle s'est installée au cœur du parc urbain. Bravo à mon Adjointe aux Fêtes, Michèle, et aux services techniques et de police pour l'organisation,...
  • Au Congrès, Emmanuel Macron, en Chef de l'Etat !
    Volontiers lyrique et philosophique, en réunissant le Congrès à Versailles, le Président de la République a rempli son rôle de Chef de l’Etat : donner le cap ! Préciser les principes d’actions, et les méthodes. Il n’est pas le gouvernement du quotidien,...
  • Conseil municipal (2) : Un compte 2016 de belle tenue !
    Conforme au Compte de gestion du Comptable public, le Compte Administratif récapitule l’ensemble des dépenses et des recettes de l’année 2016 : il est en quelque sorte le « compte d’exploitation » de la ville de l’année écoulée. Et après la soudaine dégradation...
  • Conseil municipal (1) : Hommage à Simone Veil
    Ce vendredi 30 juin, à l’Hôtel de Ville se sont tenus deux Conseils municipaux, le premier étant destiné à la désignation des délégués supplémentaires en vue de l’élection des sénateurs le 24 septembre prochain. J’ai en revanche ouvert le second Conseil,...
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:48

Hommage Mauroy InvalidesCe matin, tôt, je suis dans la cour d’honneur des Invalides où la République rend un hommage solennel à Pierre Mauroy, ancien Premier ministre.

 

Députés et sénateurs, anciens ministres, élus de Lille et de la Communauté sont alignés sur un côté de la cour, tandis que les membres du Gouvernement s’installent devant nous, derrière le Président de la République, et aux côtés de Gilberte Mauroy, de son fils Fabien et des petits-enfants.

 

Le protocole est bien réglé : arrivée du Président, passage des troupes en revue, arrivée du cercueil, discours du Président, départ du cercueil, hommages au drapeau.

 

Hommage Mauroy Invalides 1Après La Marseillaise, le silence se fige. L’émotion est forte, et j’ai la gorge nouée lorsque se mettent à résonner les coups de tambour, lents et répétés, qui saccadent lugubrement l’arrivée du cercueil, drapé d’un large drapeau bleu-blanc-rouge et porté par des gardes républicains. Quand ils le déposent au milieu de la cour, c’est un instant d’éternité ! Un rapide regard sur ma droite, où à deux mètres se trouvent Bernard Roman et Bruno Le Roux, mes copains du cabinet Mauroy : je sais, je sens, ce qu’ils ressentent…

 

J’apprécie les paroles du Président : « Peu d’hommes, même éminents, peuvent s’enorgueillir d’avoir fait l’histoire de leur pays. Pierre Mauroy est incontestablement de ceux-là » !

 

François Hollande a raison de souligner le «destin exceptionnel » d’«un enfant du peuple ». Le socialisme dont « il a embrassé très tôt la cause » et dont « il en épousera tous les rôles ». Sa terre, le Nord, Lille qu’il modernisa, transforma, tourna vers l’Europe. Les conquêtes sociales, les choix essentiels de 1983 dont nous sommes « les héritiers ». Et puis surtout le véritable héritage politique de Pierre Mauroy : « le choix du réformisme ».

 

Pour lui, en effet « réformer, ce n’était pas renoncer, c’était réussir. Réformer, c’était se défaire de l’illusion des mots pour passer à la vérité des actes », comme le dit tout à fait pertinemment le Président de la République, qui dénote ainsi, en creux, combien la pensée de Pierre Mauroy reste d’actualité dans la France de 2013. Lui qui fut « une belle leçon politique » car il « nous montre que l’on peut avoir le sens des responsabilités et conserver son idéal, que l’on peut porter la modernité et préserver son authenticité, que l’on peut exercer les plus hautes fonctions et rester un militant ».

 

Et de conclure « Pierre Mauroy aimait les gens et les gens l’aimaient ». C’est si vrai…

 

Hommage Mauroy Invalides 3Après cet hommage, le cercueil est emmené en dehors de la cour, suivi par la famille et le Président de la République. L’émotion est terriblement forte de le voir s’éloigner. La cérémonie, sobre et digne, se termine.

 

Derrière le Gouvernement qui se dirige vers la sortie, je sors en devisant avec Lionel Jospin et je salue le Président de la République, François Hollande, à la porte de la cour d’honneur.

 

Mais juste à ses côtés, Gilberte Mauroy, à qui je veux dire quelques mots de réconfort, me reconnaît, me prend les mains et me remercie avec insistance de ce que j’ai dit sur Pierre dans l’émission de Wéo car elle l’a regardée. Je suis troublé et tellement ému… Et fier d’avoir croisé la route de cet homme-là…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires