Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Ecole sur 4 jours : Wattrelos y est favorable, dès septembre 2017 !
    Le nouveau Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer l’a affirmé : un décret sera publié très prochainement afin de permettre aux communes de se prononcer sur l’organisation de la semaine d’école sur leur territoire. A Wattrelos, la réponse...
  • Elections : C. Osson en tête, à Wattrelos et à Roubaix !
    Longue journée que ce dimanche électoral. Longue parce que, ça y est, ce 1er tour amorce concrètement le processus de ma succession comme Député de la 8e circonscription : dans dix jours, après cette vie intense le jour, la nuit, ces week-ends inexistants,...
  • Un député c'est un acteur local !
    Je suis toujours surpris de voir que certains considèrent que la fonction d’un député n’est que de faire des lois : c’est loin d’être uniquement le cas ! Le député a aussi un rôle local, c’est un acteur de territoire important. C’est même à mes yeux sa...
  • Législative : amis et camarades, soyons tous responsables !
    Je n’ignore pas, bien sûr, les aigreurs et les amertumes qui suivent les décisions qui tranchent un processus de désignation d’un candidat aux élections. Faire un choix, c’est nécessairement faire des mécontents, dont certains peuvent avoir, légitimement...
  • Je choisis Wattrelos !
    En 2012, on s’en souvient peut-être, c’est le 10 mai que j’avais annoncé ma candidature aux élections législatives. La loi sur le cumul des mandats interdit à partir de 2017 le cumul d’un mandat parlementaire, député ou sénateur, et d’un exécutif municipal,...
  • Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !
    Au lendemain du 2ème tour d’une élection présidentielle où l’extrême-droite aura été présente, la commémoration de la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945 ne peut que se tenir avec gravité, en sus de la solennité et du respect de la cérémonie. Au cimetière...
  • Présidentielle (3) : faire réussir le Président pour faire réussir la France !
    J’entends déjà ce dimanche soir des états d’âme, des atermoiements. Pour certains à gauche, des menaces même : Emmanuel Macron est à peine élu que certains lancent la charge pour le combattre ! Savent-ils ce qu’est la démocratie ? L’élection – surtout...
  • Présidentielle (2) : ouf, Le Pen battue, mais le vote FN est trop lourd !
    Oui, ce dimanche soir, c’est à la salle Salengro, et dès les premiers sondages connus, une satisfaction en même temps qu’un soulagement : Marine Le Pen est battue. Elle ne dépasse pas les 40 % redoutés au niveau national : elle se tient à un peu plus...
  • Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !
    C’est fait ! Ce dimanche soir à la salle Salengro, cela faisait plusieurs heures qu’avec les informations via les réseaux sociaux des votes aux Etats-Unis, dans les Dom-Tom, ou des résultats des sondages « sortie des urnes », la peur d’un scrutin serré...
  • Les factures délirantes de Le Pen seront pour les Français !
    Beaucoup, je l’espère, qui auront regardé le débat du 2ème tour, auront compris que Marine Le Pen ment aux Français, que son programme n’est qu’approximatif, non finançable et dangereux par ses insuffisances. Qui n’a pas compris que sur une promesse telle...
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:48

Hommage Mauroy InvalidesCe matin, tôt, je suis dans la cour d’honneur des Invalides où la République rend un hommage solennel à Pierre Mauroy, ancien Premier ministre.

 

Députés et sénateurs, anciens ministres, élus de Lille et de la Communauté sont alignés sur un côté de la cour, tandis que les membres du Gouvernement s’installent devant nous, derrière le Président de la République, et aux côtés de Gilberte Mauroy, de son fils Fabien et des petits-enfants.

 

Le protocole est bien réglé : arrivée du Président, passage des troupes en revue, arrivée du cercueil, discours du Président, départ du cercueil, hommages au drapeau.

 

Hommage Mauroy Invalides 1Après La Marseillaise, le silence se fige. L’émotion est forte, et j’ai la gorge nouée lorsque se mettent à résonner les coups de tambour, lents et répétés, qui saccadent lugubrement l’arrivée du cercueil, drapé d’un large drapeau bleu-blanc-rouge et porté par des gardes républicains. Quand ils le déposent au milieu de la cour, c’est un instant d’éternité ! Un rapide regard sur ma droite, où à deux mètres se trouvent Bernard Roman et Bruno Le Roux, mes copains du cabinet Mauroy : je sais, je sens, ce qu’ils ressentent…

 

J’apprécie les paroles du Président : « Peu d’hommes, même éminents, peuvent s’enorgueillir d’avoir fait l’histoire de leur pays. Pierre Mauroy est incontestablement de ceux-là » !

 

François Hollande a raison de souligner le «destin exceptionnel » d’«un enfant du peuple ». Le socialisme dont « il a embrassé très tôt la cause » et dont « il en épousera tous les rôles ». Sa terre, le Nord, Lille qu’il modernisa, transforma, tourna vers l’Europe. Les conquêtes sociales, les choix essentiels de 1983 dont nous sommes « les héritiers ». Et puis surtout le véritable héritage politique de Pierre Mauroy : « le choix du réformisme ».

 

Pour lui, en effet « réformer, ce n’était pas renoncer, c’était réussir. Réformer, c’était se défaire de l’illusion des mots pour passer à la vérité des actes », comme le dit tout à fait pertinemment le Président de la République, qui dénote ainsi, en creux, combien la pensée de Pierre Mauroy reste d’actualité dans la France de 2013. Lui qui fut « une belle leçon politique » car il « nous montre que l’on peut avoir le sens des responsabilités et conserver son idéal, que l’on peut porter la modernité et préserver son authenticité, que l’on peut exercer les plus hautes fonctions et rester un militant ».

 

Et de conclure « Pierre Mauroy aimait les gens et les gens l’aimaient ». C’est si vrai…

 

Hommage Mauroy Invalides 3Après cet hommage, le cercueil est emmené en dehors de la cour, suivi par la famille et le Président de la République. L’émotion est terriblement forte de le voir s’éloigner. La cérémonie, sobre et digne, se termine.

 

Derrière le Gouvernement qui se dirige vers la sortie, je sors en devisant avec Lionel Jospin et je salue le Président de la République, François Hollande, à la porte de la cour d’honneur.

 

Mais juste à ses côtés, Gilberte Mauroy, à qui je veux dire quelques mots de réconfort, me reconnaît, me prend les mains et me remercie avec insistance de ce que j’ai dit sur Pierre dans l’émission de Wéo car elle l’a regardée. Je suis troublé et tellement ému… Et fier d’avoir croisé la route de cet homme-là…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires