Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 18:35

Cet après-midi, à la commission des finances nous auditionnerons à nouveau Christine Lagarde, la ministre de l’économie, qui viendra nous présenter le nouveau projet de loi de finances rectificative pour 2010 (le 3e depuis le début de l’année !) qui reprend les conclusions prises lors du dernier conseil des ministres européen ECOFIN pour mettre en place le SPV (Special Purpose Vehicle), c’est-à-dire l’instrument juridique et financier qui constituera le fonds de stabilisation européen (doté de la garantie souveraine des seize Etats membres) qui lèvera sur les marchés des fonds pour prêter ou acheter de la dette souveraine de pays attaqués ou fragilisés (la quote-part de la France est de 20,38 %, pour 89,7 milliards €).

 

Mais ce matin, c’est Jacques ATTALI que reçoit la Commission des finances, pour faire le point sur les conclusions du rapport de la Commission qu’il a présidé il y a plus de deux ans maintenant.

 

● J. Attali dresse d’abord un constat sévère de la situation économique et sociale actuelle.

 

Il souligne ainsi le manque persistant de compétitivité de l’économie et l’impact de la crise sur l’économie et la croissance : l’investissement a fortement chuté, d’où un vieillissement du stock de capital, ce qui va dégrader la productivité globale des facteurs, et donc la croissance potentielle !

 

De plus, ce qui est inquiétant, c’est le manque de confiance de la population dans la communauté du destin de notre pays : 56 % des Français ont peur de devenir SDF ; 73 % des Français ont le sentiment que leurs enfants vivront moins bien qu’eux.

 

Depuis deux ans, dit-il, des choses sont allées dans le mauvais sens : la démographie, ce qui dégrade le ratio cotisants/retraités (1,5 en 2020, au lieu de 1,8 aujourd’hui) ; la baisse de la croissance potentielle (limitée de 1 à 1,5 %) ; une dette publique devenue insoutenable puisque le service de la dette se rapproche du seuil qu’il juge dangereux de 30 % des recettes publiques.

 

Voilà pourquoi, J. Attali persiste et signe sur les propositions de son rapport, dont il juge l’application des propositions plus qu’urgente !

 

● Une mise en œuvre inégale des réformes

 

D’après l’auteur du rapport, 60 % des mesures préconisées ont eu une traduction réglementaire ou législative (dont 37 % au moins partielle). Cela a surtout concerné l’innovation, la concurrence et le soutien aux PME-PMI, ainsi que l’enseignement supérieur et la recherche.

 

En revanche, il stigmatise que n’aient pas été reprises par le gouvernement, ses préconisations sur : la petite enfance et l’enseignement primaire ; la mobilité géographique ; l’accueil des étrangers formés ; la santé qu’il qualifie de « secteur de croissance » ; la réforme de la gouvernance publique.

 

● Il dresse donc un « tableau assez noir » de la situation et des réformes, même s’il ne faut pas oublier que la France dispose cependant d’atouts (secteurs d’excellence et d’avenir ; une démographie et un système éducatif qui sont les meilleurs d’Europe ; 5e pays exportateur de marchandises et 3e de services ; 1ère destination touristique mondiale…).

 

Aujourd’hui, avec la crise en cours, il estime primordiale la stabilisation de l’euro ; c’est pour lui LA condition de la croissance française. S’il ne se stabilisait pas, tous les discours sur l’investissement, sur la croissance, seraient sans lendemains. Et de mettre en garde : si tous les pays d’Europe se mettent à faire ensemble une politique de rigueur, c’est le désastre !

 

Il faut au contraire une coopération européenne plus étroite, et de ce point de vue, J. Attali estime qu’on a fait plus ces dix derniers jours que ces dix dernières années ! Et de préconiser des bons du trésor européens, une relance par des dépenses européennes, sinon, dit-il, « le processus de dépression collective est en marche »…

 

Pas très rassurant.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires