Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Ecole sur 4 jours : Wattrelos y est favorable, dès septembre 2017 !
    Le nouveau Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer l’a affirmé : un décret sera publié très prochainement afin de permettre aux communes de se prononcer sur l’organisation de la semaine d’école sur leur territoire. A Wattrelos, la réponse...
  • Elections : C. Osson en tête, à Wattrelos et à Roubaix !
    Longue journée que ce dimanche électoral. Longue parce que, ça y est, ce 1er tour amorce concrètement le processus de ma succession comme Député de la 8e circonscription : dans dix jours, après cette vie intense le jour, la nuit, ces week-ends inexistants,...
  • Un député c'est un acteur local !
    Je suis toujours surpris de voir que certains considèrent que la fonction d’un député n’est que de faire des lois : c’est loin d’être uniquement le cas ! Le député a aussi un rôle local, c’est un acteur de territoire important. C’est même à mes yeux sa...
  • Législative : amis et camarades, soyons tous responsables !
    Je n’ignore pas, bien sûr, les aigreurs et les amertumes qui suivent les décisions qui tranchent un processus de désignation d’un candidat aux élections. Faire un choix, c’est nécessairement faire des mécontents, dont certains peuvent avoir, légitimement...
  • Je choisis Wattrelos !
    En 2012, on s’en souvient peut-être, c’est le 10 mai que j’avais annoncé ma candidature aux élections législatives. La loi sur le cumul des mandats interdit à partir de 2017 le cumul d’un mandat parlementaire, député ou sénateur, et d’un exécutif municipal,...
  • Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !
    Au lendemain du 2ème tour d’une élection présidentielle où l’extrême-droite aura été présente, la commémoration de la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945 ne peut que se tenir avec gravité, en sus de la solennité et du respect de la cérémonie. Au cimetière...
  • Présidentielle (3) : faire réussir le Président pour faire réussir la France !
    J’entends déjà ce dimanche soir des états d’âme, des atermoiements. Pour certains à gauche, des menaces même : Emmanuel Macron est à peine élu que certains lancent la charge pour le combattre ! Savent-ils ce qu’est la démocratie ? L’élection – surtout...
  • Présidentielle (2) : ouf, Le Pen battue, mais le vote FN est trop lourd !
    Oui, ce dimanche soir, c’est à la salle Salengro, et dès les premiers sondages connus, une satisfaction en même temps qu’un soulagement : Marine Le Pen est battue. Elle ne dépasse pas les 40 % redoutés au niveau national : elle se tient à un peu plus...
  • Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !
    C’est fait ! Ce dimanche soir à la salle Salengro, cela faisait plusieurs heures qu’avec les informations via les réseaux sociaux des votes aux Etats-Unis, dans les Dom-Tom, ou des résultats des sondages « sortie des urnes », la peur d’un scrutin serré...
  • Les factures délirantes de Le Pen seront pour les Français !
    Beaucoup, je l’espère, qui auront regardé le débat du 2ème tour, auront compris que Marine Le Pen ment aux Français, que son programme n’est qu’approximatif, non finançable et dangereux par ses insuffisances. Qui n’a pas compris que sur une promesse telle...
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 14:40

Mosco à BFM 2 Mosco à BFM 3


Si ce midi j'étais à la salle Amédée-Prouvost pour participer à la remise des trophées 2014 des Amis de la Bourle, juste avant leur traditionnel banquet de Noël, en cette fin d'après-midi, changement de décor et de sujet : je rejoins Pierre Moscovici, commissaire européen chargé de l'économie et de la fiscalité, pour participer à l'émission d'Apolline de Malherbe (cf. photo ci-dessus) sur BFM.

 

Deux heures d'émission politique, entre réactions à l'actualité européenne et française, et débat, pendant la deuxième heure, avec Eric Woerth, député UMP, ancien ministre du budget de Sarkozy, et récemment désigné chargé de l'économie dans le nouvel organigramme de l'UMP.

 

Mosco à BFM 1 okS’agissant de la situation française, Pierre Moscovici ne croit pas à la déflation et souligne les efforts réalisés entre l'assainissement des finances publiques et l'amélioration de la croissance. Mais c'est au niveau européen que la croissance doit être stimulée : d'où l'importance du plan Juncker : 315 Mds € d'investissements sur trois ans ! Sur la base de 21 Mds € de dotations publiques et 70 Mds € d'emprunts, c'est par un effet de levier de trois ans donc que peuvent être financés des investissements tournés vers la recherche et la croissance.

 

« Il faut une Europe forte pour une France forte, et une France forte pour une Europe forte » a rappelé le commissaire européen. C'est pour la force de l'Europe, d'ailleurs, qu'il a défendu avec fougue sa visite à Athènes pour aider à consolider cette économie : « Je travaille pour l'Europe, je travaille pour la Grèce, dans une phase où nous pouvons arriver à de vrais progrès".

 

De fait, Pierre Moscovici aura beaucoup insisté sur l'impérieuse nécessité de réorienter l'Europe et de faire redémarrer la croissance, car les opinions publiques l'attendent : « Il est minuit moins cinq à l'horloge européenne : nous devons présenter des résultats ! ».

 

Défendant son bilan de ministre face à Eric Woerth et dénonçant les contradictions du député UMP (qui est, dans l'histoire budgétaire de notre pays, soit dit en passant, le ministre du budget qui, après Sarkozy sous Chirac, aura augmenté la dette de l'Etat le plus fortement !), il aura aussi vivement dénoncé le french bashing, ou plus exactement le government bashing, etappelé l'opposition à faire preuve de responsabilité : une fois les élections passées, pourquoi ne pas savoir identifier les réformes qui sont indispensables pour l'avenir du pays et les soutenir, plutôt que de les rejeter systématiquement, comme s'apprête à le faire l'UMP pour la loi Macron ? Une posture que Pierre Moscovici estime irresponsable au moment même où la France « a besoin de réformes manifestes et majeures car c'est un pays qui a décroché en compétitivité ».

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires