Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 09:04

Ce matin, avec le Conseil municipal, je reçois 42 ménages qui ont 50, 60 ou 65 années de mariage. C'est la manifestation que je préfère et dont je veux qu'elle soit parfaite !

 

On leur doit bien cela, à ces mariés de 1944, 1949 ou 1959. A eux qui, comme je leur dis, ont si souvent dans les yeux la lumière brillante de la plus belle des pépites : celle de la tendresse ; eux qui ont au fond du cœur la pierre la plus pure et la plus précieuse : celle de l'amour.

 

De l'amour, j'en ai parlé, c'est sûr. Du leur. De celui qui les unit l'un et l'autre depuis si longtemps.

 

C'est pour moi un bonheur, un plaisir, un honneur de recevoir à l'Hôtel de ville ces femmes et ces hommes qui revivent ainsi, quelques instants, le oui décisif qu'ils ont échangé le jour de leurs noces. Pourquoi ?

 

Car moi, je ne connais rien de mieux, rien de plus beau, pas d’horizon plus noble à conquérir, pas de projet plus ambitieux à avoir que celui d’aimer et, mieux encore, d’être aimé.

 

Alors ce matin, dans un rendez-vous bien sûr solennel (toutes les adjointes et adjoints ont ceint leur écharpe pour l'occasion), mais aussi teinté d'émotion, et aussi personnalisé que possible, je redessine le passé. Celui de la rencontre, du mariage, des premières années d'une vie conjugale dont on devine qu'elle fut loin d'être facile, surtout pour les mariés de 1944 et 1949.

 

Avec eux, je revisite chacune des années, les grands événements, les changements à Wattrelos, et surtout les chansons du moment, ces airs de musique qui trottent dans la tête (et dont ils se souviennent encore, c'est certain) et sont autant de petites lanternes dans les couloirs de la mémoire. Avec tous mes jeunes remariés, nous retraversons le temps et les refrains.

 

De 1944 avec Luis Mariano (« Toi ma belle au bois dormant, je sais depuis toujours que tu m'attends, dans mon cœur j'ai pour toi toutes les fleurs du printemps »), en passant par 1949 et le petit bal de Francis Lemarque (« Bleus ou bien verts / Tes yeux lumineux sont si clairs / Ils m'ont mis la tête à l'envers »), jusqu'à 1959 où le grand Jacques Brel entonne une formidable complainte d'amour (« Je ferai un domaine / où l'amour sera roi / où l'amour sera loi / où tu seras reine »).

 

A tous ces jubilaires, du fond du cœur, je dis combien aujourd'hui ils peuvent avoir la satisfaction de la réussite ! La vraie réussite. Pas celle du strass, des paillettes, de l'éphémère, pas celle de la gloire d'un soir ou d'un instant. Non, la vraie! Celle qui est la raison même d’être et de vivre ;  celle qui fait respirer et donne la force de tous les combats ; celle qui permet de surmonter toutes les difficultés ; celle qui donne au jour la couleur de l’espérance ; celle dont chaque femme, chaque homme est en quête pour reprendre le titre de la chanson de Jacques Brel, celle que ce grand Jacques appelle « l’inaccessible étoile » ; celle qui est le but ultime de la vie et qu’écrivait tout simplement, si fortement et si bien Alfred de Musset : « Vous aurez vécu si vous avez aimé ».

 

Y-a-t-il en effet objectif plus noble à l'existence ? Je n'en connais pas.

 

Pour lire mon discours, Jubilaires-2009.pdfcliquez ici.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires