Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 17:19
Cet après-midi, le Parlement est convoqué en Congrès à Versailles pour modifier la Constitution et autoriser la ratification (qui aura lieu la semaine prochaine à l'Assemblée) du Traité de Lisbonne. Honnêtement, la position des socialistes n'est pas simple à expliquer : la position sur le Traité est claire, le Parti Socialiste approuve le traité, et le votera dans l'hémicycle de l'Assemblée. Mais pour ce qui est de la modification constitutionnelle la ligne officielle, la position, c'est de s'abstenir.
 
Cela n'a pas de sens !
 
Car enfin, je crois qu'en politique, il faut être clair et si l'on veut être compris, savoir être lisible. Or, qui peut comprendre qu'on vote oui dans trois jours, et qu'on s'abstienne cet après-midi ?
 
C'est qu'en fait, il y a le fond (le Traité de Lisbonne) et la forme (le mode de son adoption).
 
Sur le Traité, comme socialiste, ma position est celle de mon parti. Je l'approuve. Pourquoi ?
 
Ce Traité constitue un progrès utile, mais limité.
 
Il est un progrès, parce qu'il contient les dispositions institutionnelles nécessaires pour faire avancer l'Europe élargie. Il dote – enfin – l'Union d'institutions rénovées et apporte même quelques avancées démocratiques : un président du Conseil européen stable, un rôle des Parlements nationaux affirmé, un président de la Commission reflétant la couleur politique majoritaire issue des élections européennes, un haut représentant pour les affaires étrangères, une référence à la Charte des droits fondamentaux. Ce traité a donc un mérite incontestable : il sort l'Europe à 27 de l'ornière, il lui permet de mieux décider, il constitue la boîte à outil, le règlement intérieur, qui permettra la relance dans un second temps de l'Union.
 
Mais ce progrès est limité, parce que le Traité de Lisbonne n'est rien de plus que cela, il ne marque pas de progrès significatif de l'Europe économique et sociale, il ne modifie pas le système de vote pour les questions fiscales et sociales, il n'équilibre pas le pouvoir de la Banque centrale européenne, il n'ouvre pas de nouveaux champs de compétences même si deux bases juridiques en matière d'énergie et de lutte contre le changement climatique sont introduites. Bref, il n'est pas le Traité que nous aurions voulu avoir, mais il ouvre une porte, il dessine des possibilités, il ébauche des potentialités. Alors, par pragmatisme, et surtout parce que nous voulons que l'Europe avance, qu'elle retrouve son dynamisme, la majorité des membres du Parti socialiste l'ont effectivement approuvé.
 
Reste la question de son mode de ratification. Faut-il un référendum ? Bien sûr, le rejet du référendum de 2005 crée un précédent sur un sujet comparable, et il peut être juridiquement, et surtout politiquement plaidable de recourir à un nouveau référendum. Je peux le comprendre. C'est la position majoritaire du parti socialiste.
 
N'empêche que pour ma part, depuis mes études d'histoire et de droit constitutionnel, je n'aime pas les référendums. Depuis le 2 décembre 1851 et la prise de pouvoir légale – par référendum – de Louis-Napoléon Bonaparte, et les usages plébiscitaires gaulliens du référendum, je n'aime pas ce mode d'expression. Il caricature la réalité, la résume à un choix binaire, et surtout, il est de tentation plébiscitaire, tant et si bien… que le plus souvent on s'y exprime sans toujours répondre à la question réellement posée, mais bien souvent par rapport au responsable politique (président ou gouvernement) qui la pose.
 
Alors cette fois, que faire ? Le Président de la République a choisi de recourir à la ratification parlementaire. Dont acte.
 
Le Parti socialiste, que tout le monde sait très partagé entre les "oui" (majoritaires) et les "non" au traité européen, choisit une position qu'il estime médiane (pensant qu'elle va regrouper la totalité, ou au moins une très large majorité, des groupes parlementaires de l'Assemblée et du Sénat), et donc décide de s'abstenir !
 
Si j'étais certain que chacun soit discipliné, j'aurai suivi cette consigne… même si je l'estime illisible. Je pense, au fond de moi, que le Parti aurait mieux fait de prendre acte de sa division en deux camps (qui sont deux approches du traité européen), et de laisser la liberté de vote. Bon, on n'en est pas là, on dit qu'on va s'abstenir !
 
Sauf que, dans les réunions préparatoires, dans la presse, dans les couloirs, cela se confirme : ceux qui sont contre le traité, vont aussi voter non à la révision de la constitution ! Et alors, pourquoi ceux qui sont pour le traité ne pourraient pas cet après-midi voter oui ?
 
Poser la question, c'est y répondre. Je suis dans l'hémicycle du Congrès à côté de cette grande voix de la gauche qu'est Robert Badinter. Je le questionne. Sa réponse fuse : sans état d'âme, il votera oui.
 
J'ai voté oui.
 
Par souci de cohérence et de clarté. Parce que la politique, ce ne sont pas des postures auxquelles personne ne comprend rien, mais la clarté des choix.
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires