Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est député de la 8e circonscription du Nord et maire de Wattrelos
  • Contact

Recherche

Articles Récents

25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 15:58

C’est entouré de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale, et de Didier Guillaume, Président du Groupe socialiste au Sénat, que le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, a présenté ses vœux, ce mercredi soir, à sa majorité.

 

Evidemment, cette cérémonie traditionnelle se déroule dans le contexte des échéances électorales, lesquelles seront un moment fort pour le pays. Et, dans ce contexte, le Premier ministre tenait à adresser deux messages.

 

Le premier c’est que, dans ces moments, il faut savoir s’attacher à la réalité. Et quelle est la réalité des faits ? C’est que, lorsque la majorité est arrivée aux responsabilités en 2012, l’appareil productif français était dans un état calamiteux, l’investissement était en berne, on avait des comptes publics et sociaux où déficits et dettes explosaient, le commerce extérieur était dégradé, et la France avait réussi à se fâcher avec la plupart des pays.

 

Aujourd’hui, la Sécu est revenue à l’équilibre, le déficit de l’Etat est passé de 5,5 à 2,7 % du PIB, les marges des entreprises ont été reconstituées, les investissements repartent, le chômage diminue, notre diplomatie agit, on a recréé 60 000 postes dans l’Education Nationale et la formation des maîtres, recruté 9 000 emplois dans le renseignement et la police, face à la crise des réfugiés nous avons fait ce que nous devions faire, pour l’hébergement d’urgence on est passé de 80 000 places à 140 000 places, on a mis en place un plan contre l’exclusion…

 

Comme il l’a dit à la majorité cet après-midi lors des questions d’actualité, Bernard Cazeneuve a martelé : « Soyez fiers de ce que nous avons fait ! ». « Nous n’avons pas tout réussi, mais nous avons toutes les raisons d’être fiers de ce que nous avons accompli ».

 

Le second message est que, si nous voulons rassembler, « le rassemblement ne peut que se faire dans la sagesse », ce qui suppose des points d’équilibre autour desquels le rassemblement peut se faire.

 

« Nous sommes les héritiers des grandes conquêtes que la gauche n’a réussi à obtenir que lorsqu’elle s’est confrontée au réel. On ne rassemble pas son camp aux marges, mais au centre ! »

 

Et de conclure : « Je ferai tout pour que cet espoir soit possible ».

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires