Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
  • Rentrée 2017 : retour aux 4 jours, et poursuite des efforts !
    Comme tous les ans, je suis présent dans les écoles au moment de la rentrée scolaire aux côtés de mon Adjoint à l'éducation, Georges Prpic, de l'Inspecteur de circonscription Jean-Pierre Mollière, du Directeur général des services de la Ville et de plusieurs...
  • Déploiement de la fibre optique FTTH Orange à Wattrelos : ça progresse !
    Conformément au plan France Très Haut Débit visant à développer l’accès à l’Internet rapide, en accord avec la MEL et la ville, Orange déploie le réseau de fibre optique sur la ville. La phase d’installation des armoires du lot 1, qui va permettre de...
  • Alfreda a 103 ans : Très Bon Anniversaire !
    Terrible année que cette année 1914, et, chacun l’ignore encore alors, mais les évènements de l’été vont enclencher une mécanique dramatique : 31 juillet assassinat de Jean Jaurès, 1er août ordre de mobilisation générale en France, 3 août l’Allemagne...
  • Lire, avec Luc Veroone, l'histoire de la Vieille place et de Pierre Catteau
    Arrivé à 18 mois à Wattrelos en 1955, (lorsque ses parents, roncquois d’origine, reprennent la pâtisserie Wagon au 75 rue Pierre Catteau), Luc Veroone a repris l’affaire familiale bien connue de la rue Pierre Catteau en 1985, et c’est l’histoire d’une...
  • Logement, SIA rue Jules-Guesde, ça se termine !
    Que de changements en un an ! L’été dernier, je visitais le chantier que la société SIA Habitat avait lancé au 136 rue Jules Guesde, sur le site de l’ancienne usine Dubar-Warneton. Il ne s’agissait à l’époque que de mouvements de terre, laissant toutefois...
  • Le foyer médicalisé accueillera ses pensionnaires en janvier 2018, enfin !
    Parmi les dossiers que j’ai voulu impulser quand je suis devenu maire en 2000, celui-là me tient particulièrement à cœur, et même s’il fut particulièrement long et complexe à faire aboutir, je ne boude pas ma satisfaction que l’ouverture de ce nouvel...
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 16:26
Laurent Berger : changer le travail par les salariés !

Ce mercredi matin, le groupe socialiste reçoit Laurent Berger, Secrétaire national de la CFDT pour évoquer la place du syndicalisme aujourd’hui.

 

D’entrée, il insiste sur la période que l’on vient de vivre : chômage, croissance en berne, inégalités, sont de profondes mutations qu’on est en train de vivre, accentuées par la révolution numérique et la transition écologique : cela bouscule le modèle productif. A cela s’ajoute la rapidité de la circulation de l’information : avant même que les plus hautes autorités de l’Etat soient au courant, tout est sur les réseaux sociaux.

 

Ces mutations ne sont pas suffisamment expliquées. Elles bouleversent le travail, l’emploi et la protection sociale, cela se conjugue avec une mise en cause  des corps institués, une méfiance, dans un « brouhaha », qui illustre une attente assez forte à l’égard de l’Etat, alors que les acteurs ont du mal à donner du sens (diagnostic, et dire où l’on va).

 

On casse tout (pour reconstruire l’idéal) en mettant fin à toutes les protections, ou on ne touche à rien (et rien n’est possible !) : cela nourrit le sentiment chez les salariés qu’on n’y arrivera pas ! Cela crée beaucoup de dégâts, avec une perte de conscience collective, voire un sentiment de déclassement qui fait le jeu du Front National. En plus, le débat se fait en 140 signes, ce qui n’est pas satisfaisant, et cela crée des insultes, de la tension. Après le passage à l’acte verbal, le risque c’est le passage à l’acte physique !

 

Le rôle d’un syndicat est de convaincre que le progrès social est toujours possible, avec plus de délibérations, et plus de dialogue.

 

L’objectif de la CFDT reste l’émancipation individuelle et collective. Mieux vaut travailler pour du mieux pour tous dans le temps, plutôt que tout pour quelques-uns tout de suite. Par exemple, sur les retraites complémentaires, il faut sauvegarder par répartition, mais pour la préserver, il faut des efforts partagés : le progrès se mesure sur la durée.

 

Sur le dialogue, une démocratie c’est de faire émerger des intérêts divergents, et de leur donner un espace de confrontation encadré pour qu’émergent des compromis. Il y a là deux types de syndicalismes qui s’affrontent, qui ne se résument pas à l’opposition entre réformistes et contestataires, entre modérés ou non-modérés, mais à la capacité à regarder la réalité dans les entreprises telle qu’elle est dans les entreprises.

 

Le syndicalisme n’est pas que le cri du peuple, mais la capacité à obtenir des résultats concrets ! Dans un clin d’œil à l’actualité, L. Berger estime qu’on doit être capable de dire ce qui est mieux ou pas mieux.

 

Au Congrès de Marseille, nous avons insisté sur le développement de la compétence et le dialogue social. Le projet de construction de société, il ne doit pas se construire qu’avec les politiques mais aussi avec les citoyens. Et pour la CFDT, le terrain d’action privilégié, c’est l’entreprise et le lieu de travail.

 

C’est là qu’on attend de nous la capacité à agir pour les salariés. Car l’entreprise c’est quoi ? C’est d’abord des salariés, qui sont les plus ardents défenseurs de leur entreprise. Et nous, nous voulons que les salariés puissent peser sur les décisions qui les concernent.

 

Si on veut éviter que le patron décide de tout, il faut redonner du poids au syndicat dans l’entreprise. L. Berger se dit « persuadé que c’est cela qui se joue aujourd’hui », notamment avec la Loi Travail.

 

Et il conclut en faisant référence à ce que disait la CFDT dans les années 30 : « On commence à changer la société quand on commence à changer le travail ! »

 

Cette rencontre-débat de cette « voix de responsabilité » avec le groupe socialiste était plus qu’intéressante, mais une remarque quand même : aucun de nos « députés frondeurs » n’est venu participer à cette discussion !

Partager cet article

Repost 0

commentaires