Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • 11 novembre (2) : Banquet républicain
    C’est une tradition wattrelosienne bien ancrée : après les cérémonies commémoratives du matin dans nos Cimetières, les membres des sociétés patriotiques se retrouvent pour un banquet républicain, qui s’est tenu cette année au Centre socio-éducatif, dont...
  • 11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !
    Le 11 novembre, c’est d’abord au Cimetière du Crétinier que commencent les cérémonies commémoratives, puis autour du Monument aux Morts au Cimetière du Centre, avec la participation du Conseil municipal des enfants et de l’Union musicale. Ainsi, après...
  • La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !
    Ce matin, à Beaulieu, nous inaugurons la résidence Van der Meersch, propriété de Vilogia mais gérée par le CCAS, qui compte 29 logements (tous occupés actuellement) et 33 locataires. Le Directeur général de Vilogia, Philippe Remignon, est lui aussi présent...
  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 16:26
Laurent Berger : changer le travail par les salariés !

Ce mercredi matin, le groupe socialiste reçoit Laurent Berger, Secrétaire national de la CFDT pour évoquer la place du syndicalisme aujourd’hui.

 

D’entrée, il insiste sur la période que l’on vient de vivre : chômage, croissance en berne, inégalités, sont de profondes mutations qu’on est en train de vivre, accentuées par la révolution numérique et la transition écologique : cela bouscule le modèle productif. A cela s’ajoute la rapidité de la circulation de l’information : avant même que les plus hautes autorités de l’Etat soient au courant, tout est sur les réseaux sociaux.

 

Ces mutations ne sont pas suffisamment expliquées. Elles bouleversent le travail, l’emploi et la protection sociale, cela se conjugue avec une mise en cause  des corps institués, une méfiance, dans un « brouhaha », qui illustre une attente assez forte à l’égard de l’Etat, alors que les acteurs ont du mal à donner du sens (diagnostic, et dire où l’on va).

 

On casse tout (pour reconstruire l’idéal) en mettant fin à toutes les protections, ou on ne touche à rien (et rien n’est possible !) : cela nourrit le sentiment chez les salariés qu’on n’y arrivera pas ! Cela crée beaucoup de dégâts, avec une perte de conscience collective, voire un sentiment de déclassement qui fait le jeu du Front National. En plus, le débat se fait en 140 signes, ce qui n’est pas satisfaisant, et cela crée des insultes, de la tension. Après le passage à l’acte verbal, le risque c’est le passage à l’acte physique !

 

Le rôle d’un syndicat est de convaincre que le progrès social est toujours possible, avec plus de délibérations, et plus de dialogue.

 

L’objectif de la CFDT reste l’émancipation individuelle et collective. Mieux vaut travailler pour du mieux pour tous dans le temps, plutôt que tout pour quelques-uns tout de suite. Par exemple, sur les retraites complémentaires, il faut sauvegarder par répartition, mais pour la préserver, il faut des efforts partagés : le progrès se mesure sur la durée.

 

Sur le dialogue, une démocratie c’est de faire émerger des intérêts divergents, et de leur donner un espace de confrontation encadré pour qu’émergent des compromis. Il y a là deux types de syndicalismes qui s’affrontent, qui ne se résument pas à l’opposition entre réformistes et contestataires, entre modérés ou non-modérés, mais à la capacité à regarder la réalité dans les entreprises telle qu’elle est dans les entreprises.

 

Le syndicalisme n’est pas que le cri du peuple, mais la capacité à obtenir des résultats concrets ! Dans un clin d’œil à l’actualité, L. Berger estime qu’on doit être capable de dire ce qui est mieux ou pas mieux.

 

Au Congrès de Marseille, nous avons insisté sur le développement de la compétence et le dialogue social. Le projet de construction de société, il ne doit pas se construire qu’avec les politiques mais aussi avec les citoyens. Et pour la CFDT, le terrain d’action privilégié, c’est l’entreprise et le lieu de travail.

 

C’est là qu’on attend de nous la capacité à agir pour les salariés. Car l’entreprise c’est quoi ? C’est d’abord des salariés, qui sont les plus ardents défenseurs de leur entreprise. Et nous, nous voulons que les salariés puissent peser sur les décisions qui les concernent.

 

Si on veut éviter que le patron décide de tout, il faut redonner du poids au syndicat dans l’entreprise. L. Berger se dit « persuadé que c’est cela qui se joue aujourd’hui », notamment avec la Loi Travail.

 

Et il conclut en faisant référence à ce que disait la CFDT dans les années 30 : « On commence à changer la société quand on commence à changer le travail ! »

 

Cette rencontre-débat de cette « voix de responsabilité » avec le groupe socialiste était plus qu’intéressante, mais une remarque quand même : aucun de nos « députés frondeurs » n’est venu participer à cette discussion !

Partager cet article

Repost 0

commentaires