Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est député de la 8e circonscription du Nord et maire de Wattrelos
  • Contact

Recherche

Articles Récents

13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 15:22

Cet après-midi, l’Assemblée commence l’examen dans l’hémicycle de la première partie de la loi de finances pour 2016. Il me revient, au nom du groupe socialiste, de répondre à la motion de rejet du budget présentée par la Droite, et défendue par Hervé Mariton.

 

« La Droite appelle au rejet de ce projet de budget pour 2016. De sa part, c’est sans doute un acte manqué de son inconscient et un comble.

 

C’est un acte manqué. Car qui ne voit que ce budget 2016 enraye, enfin, les conséquences de la désastreuse gestion financière du quinquennat Sarkozy ?

 

De 35 Mds € en 2007 à 150 Mds € en 2010, le déficit public y a dérapé !

 

De 64 % du PIB en 2007 à 87,4 % en 2012, le poids de la dette publique n’a cessé de s’y alourdir dramatiquement ! 25 points supplémentaires, M. Mariton !

 

Si, encore en 2016, l’Etat devra lever 185 Mds € pour sa trésorerie sur les marchés, ce n’est évidemment pas de la faute des 72 Mds € du déficit 2016, ce n’est pas seulement pour financer la gestion de la majorité, mais pour rembourser les 184 Mds € qui ont été empruntés en 2011 ! C’est donc pour payer les dettes laissées par l’opposition !

 

C’était folie, c’était tirer des chèques sur l’avenir que d’accroître autant les déficits de 2007 à 2012. D’autant qu’à cette période, les taux d’intérêt étaient très supérieurs au taux de croissance ce qui provoquait un effet boule de neige bien connu, et en l’occurrence, un terrible effet massue qui a causé une dérive de la dette jamais connue par la France jusque-là !

 

Alors oui, ce PLF 2016 signe les efforts du Gouvernement de gauche pour rétablir la situation dégradée trouvée en 2012. Depuis 2012, il a fallu réduire le déficit progressivement pour freiner la dynamique de la dette héritée de la gestion de la Droite. D’abord ralentie dans sa progression, la dette se stabilise maintenant, enfin, à 96,5 % !

 

Notre majorité peut être félicitée : elle a fait le boulot, elle a stoppé la dérive financière de la France !

 

Mais que la Droite veuille rejeter ce budget 2016 est aussi un comble !

 

En fait, ce projet de budget, au fond d’elle-même, l’opposition nous l’envie car il corrige toutes ses erreurs !

 

Avec le CICE et le pacte de responsabilité, il renforce la compétitivité des entreprises et améliore le commerce extérieur. Sous la Droite, il se dégradait !

 

Ce budget recrute des enseignants, des policiers, des personnels de justice. Sous la Droite, on supprimait des emplois par milliers et dizaines de milliers.

 

Ce budget baisse les impôts des ménages. Sous la Droite, qui supprimait l’indexation du barème et la demi-part des veuves, les impôts augmentaient pour les plus faibles et les classes moyennes.

 

A l’inverse de ce qu’a voulu, sans succès, démontrer Hervé Mariton dans sa motion de rejet préalable, ce budget est celui du redressement réussi des finances publiques, du soutien à la croissance et du financement des priorités dont la France a besoin.

 

Le groupe socialiste rejettera donc la motion de l’opposition ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires