Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est député de la 8e circonscription du Nord et maire de Wattrelos
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Palmarès du concours des maisons fleuries
    Ce jeudi soir, comme chaque année, avec Daniel Lefevre, mon Adjoint aux parcs, jardins et au développement durable, je reçois à l’Hôtel de ville les lauréats du Concours 2016 des maisons fleuries : 110 Wattrelosiens, dont 15 nouveaux, ont participé au...
  • Le PLFR 2016 en Commission des Finances !
    Qu’est-ce qu’une Loi de Finance Rectificative ? Un texte budgétaire qui corrige les dépenses et les recettes du Budget de l’Etat compte tenu de l’évolution en cours d’année des unes et des autres. Comme chaque année à cette période, le Gouvernement présente...
  • Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
    C’est sous la direction de Pascale Vandenouc de l’orchestre « junior », de jeunes élèves du Conservatoire de Wattrelos, que violons, violoncelles, harpe, et autres instruments à cordes (surtout) auront assuré la 1ère partie du concert, et ravi le public...
  • Journée solidaire : priorité Education !
    Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, notre municipalité organisait ce samedi 19 novembre une « Journée Solidaire », qui se matérialise à la MEP par un « Village solidaire ». Sous l’impulsion de Laurence Sueur, mon Adjointe aux...
  • Mon Rapport sur la politique de la ville publié !
    Dans le cadre de la Loi de Finances pour 2017, j’ai rédigé et présenté en Commission élargie (8 novembre), au nom de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, mon Rapport portant examen des crédits de la politique de la ville. Ce Rapport vient...
  • Un banquet républicain dans l'émotion (2)
    Comme chaque année, après les cérémonies commémoratives se tient le repas des sociétés patriotiques, cette année au Centre socio-éducatif. 250 convives auront écouté, avec attention, le discours du Président Ferdinand Claeis, qui revient sur les combats...
  • Commémorer, plus que jamais (1) !
    Ce vendredi matin, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, cette date « symbole de la victoire de la démocratie sur le nationalisme », commence à Wattrelos par un premier dépôt de gerbes au monument aux morts du cimetière du Crétinier, avec...
  • Non à la fin des circulaires électorales : mon amendement adopté !
    Lors de l’examen du Projet de loi de finances (PLF) pour 2017 en commission élargie, j’avais fait adopter un amendement visant à supprimer l’article 52 du PLF 2017 prévoyant la dématérialisation de la propagande électorale et donc, la fin, à partir des...
  • Mon rapport sur la Ville en Commission élargie
    Cet après-midi, en Commission élargie (Finances + Economie + Développement durable) sont examinés les crédits budgétaires 2017 de la Politique de la Ville. En tant que Rapporteur pour la Commission des Finances, j’ai présenté le Rapport que j’ai rédigé...
  • Conseil municipal (2) : liste FN, rire ou pleurer ?
    Au début du Conseil municipal, il appartient au maire, président de séance, de vérifier que le Conseil municipal est au complet, avant que le Directeur Général des Services ne fasse l’appel. Cette vérification est une formalité en général, puisqu’il n’y...
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 11:11
Palmarès du concours des maisons fleuries

Ce jeudi soir, comme chaque année, avec Daniel Lefevre, mon Adjoint aux parcs, jardins et au développement durable, je reçois à l’Hôtel de ville les lauréats du Concours 2016 des maisons fleuries : 110 Wattrelosiens, dont 15 nouveaux, ont participé au concours.

 

Dans mon intervention, j’ai d’abord commencé par une pensée pour les fidèles, disparus récemment, notamment Christian Turpin, cadre bien connu du service municipal des Espaces Verts qui « portait », depuis longtemps, cette réception, et le très connu aussi à Wattrelos, André Denolf, emporté par la maladie il y a quelques semaines à peine, et fidèle compétiteur très primé pour la qualité de ses réalisations.

 

J’ai volontiers félicité tous ces concurrents, qui fleurissent jardins et balcons, car ce sont des « artistes » ! De la même manière qu’en fin d’année guirlandes et lumières mettent des couleurs dans la nuit, ces femmes et hommes qui plantent, font croitre et développent leurs fleurs « peignent » notre ville de couleurs le jour. Ils embellissent leur habitation, mais aussi leur rue, leur quartier, et donc la ville ! Ce qui est beau pour eux, devient beau pour tous. C’est précieux pour notre ville d’avoir de tels artisans de l’embellissement collectif ! Cela renforce, cela démultiplie les efforts – déjà considérables – des services municipaux des espaces verts à fleurir la ville.

 

Car c’est une vérité, chacun est comptable de son environnement propre, et ce faisant contribue à l’environnement collectif. La propreté, le nettoiement, l’entretien des voies et espaces publics ne peuvent pas se reposer que sur la ville : si chacun désherbait devant chez lui, ramassait ce qui traîne sur son trottoir et nettoyait son fil d’eau, ou mieux évitait d’aller mettre ses déchets chez son voisin, collectivement, nous vivrions mieux ! Et la ville serait plus belle.

 

Comme elle a vocation à le devenir avec d’autres artistes qui, comme la municipalité le souhaite, réalisent progressivement des fresques murales dans nos quartiers. Là aussi, l’objectif est de remplacer des murs borgnes, parfois tagués, ou des postes électriques peu gracieux, par des images de vie, des peintures colorées qui rappellent l’histoire ou la vie d’un quartier.

 

C’est dire combien ces « jardiniers », avec leurs touches de couleurs, ces « impressionnistes » du fleurissement, aident à donner une belle impression, si j’ose dire ! Et méritent leur prix et d’être reçus à l’Hôtel de ville. Cette année, pour le palmarès, cela donne :

 

- catégorie « jardins visibles de la rue », 1er prix : Gérard Duhin (rue des Poilus) ;

- catégorie « Façades fleuries avec jardinet visible de la rue », 1er prix : Gaëtana Miranda (rue Claude Monet) ;

- catégorie « Façades fleuries visibles de la rue », 1er prix : Patricia Danel (rue Berthelot) ;

- catégorie « Balcons visibles de la rue », 1er prix : Christian Bossemaere (rue Lamartine) ;

- catégorie « Jardins ouvriers fleuris », 1er prix, Francis Favorel.

 

Par ailleurs ont été distingués : pour les commerces, le restaurant « Le Touareg » ; pour les établissements publics, le Domaine de la Roselière, les écoles de l’Enfant Jésus (école venue avec les enfants), Jean Jaurès et Voltaire. Enfin, le prix Dominique Dumoulin a été décerné pour le « Meilleur Hors Concours » à Michel Vanmeenen (rue de la Martelotte).

Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 07:56
Le PLFR 2016 en Commission des Finances !

Qu’est-ce qu’une Loi de Finance Rectificative ? Un texte budgétaire qui corrige les dépenses et les recettes du Budget de l’Etat compte tenu de l’évolution en cours d’année des unes et des autres. Comme chaque année à cette période, le Gouvernement présente une LFR, pour 2016 donc ; elle a été adoptée en Conseil des ministres vendredi 18 novembre, et ce matin, Christian Eckert, Secrétaire d’Etat au Budget, est venu en Commission des Finances la présenter.

 

Compte tenu de l’évolution de la croissance économique (notamment le chiffre de celle du 3ème trimestre publié par l’INSEE), le Gouvernement a ajusté sa prévision de croissance pour 2016 à 1,4 % (contre 1,5 % retenu précédemment). Elle n’entraîne toutefois pas de modification de la cible de déficit public 2016 maintenue à 3,3 % : cet objectif sera tenu.

 

En 2016, pour la deuxième année consécutive depuis les années 2000, le déficit se réduira, en même temps que le taux de prélèvements obligatoires baissera. L’objectif national des dépenses d’assurance maladie sera également respecté.

 

Pour tenir ces objectifs, le Gouvernement annule des crédits budgétaires pour 4,89 Mds €, essentiellement sur le versement à l’Union Européenne (- 1,18 Mds €) et surtout sur la charge de la dette (- 2,94 Mds €) : les intérêts payés ont pu être plus faibles grâce à une inflation plus faible que prévue, aux taux court terme qui restent bas, et à la crédibilité de la politique budgétaire et financière menée qui permet à la France de bénéficier de très bas taux.

 

A l’inverse, la PLFR pour 2016 prévoit 4,59 Mds € de dépenses nouvelles (auxquelles s’ajoutent 2,41 Mds € de recapitalisation de l’Agence Française de Développement) pour financer, outre la poursuite de l’effort de Défense, les revalorisations des fonctionnaires (Education Nationale pour 602 M €, hausse du point d’indice), le succès de la prime d’activité (+ 369 M€), le relèvement de l’Allocation Adulte Handicapé (+ 424 M €), les nouvelles mesures agricoles (+ 682 M€), le Plan emploi (+ 277 M€), le service civique pour les jeunes (+ 31 M€), et le Fonds d’urgence pour les départements (+ 200 M€).

 

Enfin, comme à l’accoutumée, la PLFR comporte également des dispositions fiscales regroupées autour de quatre thèmes :

 

l d’abord des mesures relatives à la lutte contre la fraude fiscale et l’optimisation : la priorité donnée depuis 2012 se poursuit, avec la création de deux nouvelles procédures de contrôle fiscal et une mesure anti-abus concernant l’exonération d’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) des biens professionnels ;

 

l ensuite des mesures qui contribueront à des politiques prioritaires du Gouvernement annoncées en 2016 : la création du « compte PME innovation » et une nouvelle trajectoire de taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) pour les déchets ;

 

l des mesures de mise en conformité avec la jurisprudence constitutionnelle, notamment sur les avoirs non-déclarés à l’étranger, pour lesquels les pénalités fiscales seront augmentées (à 80 %), et sur l’exonération de taxe sur les 3 % sur les bénéfices distribués qui était réservée aux groupes fiscalement intégrés, laquelle est étendue aux filiales de groupes étrangers détenues dans les mêmes conditions (95 %) ;

 

l enfin, des mesures d’adaptation de la fiscalité locale, et en particulier à la mise en place du fonds d’urgence en faveur des départements en difficulté.

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 09:31
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !

C’est sous la direction de Pascale Vandenouc de l’orchestre « junior », de jeunes élèves du Conservatoire de Wattrelos, que violons, violoncelles, harpe, et autres instruments à cordes (surtout) auront assuré la 1ère partie du concert, et ravi le public présent. Ce fut d’abord « How sweet the sound » (ce « son si doux », bon début pour un concert !), inspiré d’un cantique de 1760 ; puis l’allegretto de la symphonie n°7 de Beethoven, la célèbre musique du film « Le discours d’un roi », avant la Valse n° 2 de Chostakovitch, bien connue pour avoir été reprise dans une bande publicitaire. Avec « The gloucestershire wassail », on aura eu un chant anglais qui « fête le manger et le boire », qui ressemble un peu à une « bourrée à la française » ! Et alors qu’un Français vient d’être mis sur orbite ce matin même, l’orchestre opère un changement de galaxie, en interprétant la musique de « Star Wars » ! Et pour le final, on passe de la Ste-Cécile au Nouvel An, car voilà que rythmée par les applaudissements s’ouvre « La Marche de Radetzky » de Johan Strauss. Standing ovation du public conquis par ces jeunes talents !

Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !

C’est avec son jeune et dynamique chef, Guénaël Catteloin, à la direction que l’Union Musicale Wattrelosienne fit la 2ème partie du concert, sur un répertoire très français, et en commençant par la « Marche funèbre d’une marionnette » (créée en 1872 par Charles Gounod). Puis ce fut la « suite française » de Darius Milhaud, qui envoie une carte postale musicale de 4 régions (Normandie, Ile de France, Alsace-Lorraine, et Provence où l’on entendit fort bien fifres et tambourins). Alors que sur la ville et dans la Région souffle une tempête, saluons le sens de l’opportunité de l’UMW qui interprète « les murmures du vent », une pièce du jeune compositeur français Maxime Aulio, écrite en 2005 en hommage à Claude Debussy. Puis ce fut « l’Arlésienne » de Georges Bizet, partie musicale d’un drame écrit par Alphonse Daudet, qui commence par « la marche des rois mages » et se termine par « le carillon » !

 

C’est donc bien auprès des grands compositeurs qui appartiennent au Panthéon musical français que l’Union Musicale aura puisé son inspiration pour ce magnifique concert. Mais à Wattrelos, on est « ch’ti » avant tout ; et c’est par la musique du film « Bienvenue chez les ch’tis » que, par un sympathique clin d’œil se terminera ce concert, après qu’aient été remises les médailles (5 ans, 20 ans, 40 ans) aux musiciens méritants engagés dans leur société de musique, avec un hommage tout particulier à Donat Subts (ph. du bas), ancien Président de l’Union Musicale : 80 ans d’âge, et… 70 ans de pupitre ! Enorme bravo à lui, à tous les médaillés, et à tous les musiciens. Très bonne Ste-Cécile à toutes et tous.

Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 14:43

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, notre municipalité organisait ce samedi 19 novembre une « Journée Solidaire », qui se matérialise à la MEP par un « Village solidaire ». Sous l’impulsion de Laurence Sueur, mon Adjointe aux Relations Internationales, 17 associations se sont regroupées pour tenir des stands afin de présenter les actions qu’elles conduisent et, le cas échéant, vendre des objets qui leur permettent de concrétiser leurs projets. Palestine, Mali, Moldavie, Grèce, Congo, Nicaragua, Hongrie, Pérou sont quelques-unes des localisations d’intervention de nos associations partenaires.

Journée solidaire : priorité Education !

Avant que nous ne fassions le tour des stands, la manifestation s’est ouverte par deux chants d’élèves de l’école Jean Macé. Avec le premier « en sortant de l’école », nous prenons le chemin de fer et allons voir la mer, mais c’est le second chant qui fera vibrer la salle, « qui ne se ressemble pas, s’assemble » : « quel que soit le nom que l’on porte / il faut bien apprendre à vivre ensemble », « ne nous fions pas aux apparences / l’important est de se faire confiance »...

Journée solidaire : priorité Education !

Après que Laurence Sueur eut rappelé l’engagement de la ville, et remercié tous les participants, associations, école et enseignants, j’ai pour ma part insisté sur l’importance de marier les deux mots d’éducation et de solidarité ; c’est une bonne idée d’avoir fait ce choix, ici, à Wattrelos pour cette journée.

 

L’éducation, celle-là même dont l’ancien Président américain Abraham Lincoln disait : « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance ». L’éducation, qui instruit, qualifie, émancipe les personnes et les peuples, véritable investissement dans le « capital humain » ! Que ce soit dans les pays en développement ou émergents, l’éducation est la clé de l’accélération du développement économique, social et démocratique. En France et dans notre ville aussi, à l’image de l’investissement prioritaire qu’ici la municipalité réalise pour les écoles et les actions éducatives.

 

La solidarité, comme celle que proclamait cet ancien mais magnifique film « Si tous les gars du monde », qu’il faut savoir inlassablement porter et promouvoir, car elle est la clé du « vivre ensemble », que ce soit sur la planète ou dans chacune de nos villes.

 

Pour être en paix et se développer le monde, notre pays, notre ville ont chacun besoin d’éducation et de solidarité : c’est le message de cette « Journée solidaire » wattrelosienne.

Journée solidaire : priorité Education !
Journée solidaire : priorité Education !
Journée solidaire : priorité Education !
Journée solidaire : priorité Education !
Journée solidaire : priorité Education !
Journée solidaire : priorité Education !
Publié par Dominique Baert
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 14:52
Mon Rapport sur la politique de la ville publié !

Dans le cadre de la Loi de Finances pour 2017, j’ai rédigé et présenté en Commission élargie (8 novembre), au nom de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, mon Rapport portant examen des crédits de la politique de la ville. Ce Rapport vient d’être publié.

 

Pour lire le Rapport, cliquer ici.

11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 10:50
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)

Comme chaque année, après les cérémonies commémoratives se tient le repas des sociétés patriotiques, cette année au Centre socio-éducatif. 250 convives auront écouté, avec attention, le discours du Président Ferdinand Claeis, qui revient sur les combats et morts de 1916.

 

Pour ma part, dans mon intervention où je souligne la nécessité de commémorer, je veux rappeler que la guerre n’est pas lointaine, ni ancienne, elle est là, dans divers conflits sur la planète, et ici aussi, près de nous. Avec émotion, j’évoque les attentats «sauvages et barbares », armés par des idéologies haineuses et fanatiques, de Charlie, du Bataclan et du Grand Stade, de l’aéroport de Bruxelles, de Nice, et de Saint-Etienne de Rouvray, et la présence ce midi de deux de mes adjoints, présents à l’époque sur les lieux de deux de ces évènements dramatiques, ajoute à l’émotion. Combattre cet ennemi-là sera long, mais il faut être fort et déterminé. Pour ma part, jamais je n’oublierai l’effroi des informations lors de chacun de ces attentats, la très longue et douloureuse nuit du 13 novembre, comme je n’oublierai jamais ce moment où deux jours après, la République était debout, unie, tous députés et sénateurs ensemble au Congrès à Versailles, autour du Président de la République, vibrant de la Marseillaise entonnée avec force et vigueur.

 

Aussi, comme nous avons rendu hommage à cette jeunesse foudroyée par la guerre de 14-18, je rends hommage à toutes les victimes, jeunes ou moins jeunes, assassinées dans l’innocence de leurs loisirs et de leur vie. Un hommage aussi marqué pour les forces de l’ordre, policiers et gendarmes, qui font un travail considérable pour notre sécurité collective. Un hommage fort également à nos militaires, qu’ils soient sur les théâtres d’opération à combattre l’Etat Islamique, ou en opération « Sentinelle » à sécuriser les lieux publics !

 

Comme j’en appelle aussi à la vigilance, car il ne faut pas oublier l’histoire et ses terribles leçons. Un de mes jeunes collègues députés vient de recevoir une lettre où un de ses concitoyens lui envoie une photo d’Adolf Hitler en tenue militaire, avec une légende qui précise : « C’est un homme comme lui qu’il nous faut !!! » Ce triste sire aurait-il oublié que le nationalisme et les discours d’exclusion du chancelier allemand devinrent vite extermination, camps de concentration, guerre et malheurs pour le monde entier ? Ces propos, cette idée-même est inadmissible, inexcusable, et doit être vigoureusement combattue et condamnée.

 

Et s’il en est qui se demandent s’il faut encore et toujours commémorer, je réponds oui, oui encore et toujours, car nul ne doit oublier ! Il faut rappeler inlassablement ces moments terribles, pour éviter que les jeunes générations n’oublient, et que ne renaissent, alors même que rôde « la bête immonde », les mêmes errements de l’humanité.

Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 10:42
Commémorer, plus que jamais (1) !

Ce vendredi matin, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, cette date « symbole de la victoire de la démocratie sur le nationalisme », commence à Wattrelos par un premier dépôt de gerbes au monument aux morts du cimetière du Crétinier, avec passage en revue des tombes des morts, français et anglais, de 39-45.

 

Au cimetière du Centre, la foule est plus dense, car, outre l’Union Musicale qui interprétera en fin de cérémonie l’Hymne Européen, c’est en présence du Conseil municipal des enfants, et des enfants des écoles Pierre Curie et  Notre-Dame de la Mousserie que se déroule la manifestation. Après que le représentant des sociétés patriotiques wattrelosiennes et moi-même ayions déposé nos gerbes, les enfants du CME, et ceux de ND déposeront eux aussi des fleurs au pied du monument aux morts.

Commémorer, plus que jamais (1) !
Commémorer, plus que jamais (1) !

Dans mon intervention,  « devant ce monument aux morts et ces plaques commémoratives où chaque nom est gravé en lettres de sang », je rends hommage à tous ces soldats,  « ces jeunes hommes-là qui sont morts pour que nous connaissions la paix et le bonheur de vivre ensemble ». Narrant ensuite les batailles de Verdun et de la Somme, je rappelle les 60 millions d’obus tombés pendant les 300 jours de la bataille de Verdun, les « 700 000 victimes, dont 380 000 soldats français », dont 59 wattrelosiens, et cite le témoignage, terrible, du Commandant Sylvain Eugène Reynal quand il voit « un vol de grosses mouches bleues qui se gorgent de sang ». Verdun « l’enfer sur terre ». Les populations civiles, comme à Wattrelos, souffrent aussi de l’occupation et des privations et rafles imposées par les allemands qui n’hésitent pas à tirer sur les gamins qui essaient d’aller se ravitailler en Belgique !

 

Tout cela à cause de cet « engrenage infernal » que dénonçait Paul Valéry dû aux nationalismes, car « l’internationalisme, cher à Jean Jaurès, est une idée de paix alors que les égoïsmes, c’est le risque de guerre ! »

 

Voilà pourquoi il faut commémorer : pour réinterroger notre histoire et ne pas en oublier les leçons ; pour interroger notre présent ; et pour préparer l’avenir en nous adressant aux jeunes générations pour qu’elles défendent ce bien précieux qu’est la paix !

 

Pour lire mon discours, cliquer ici.

Commémorer, plus que jamais (1) !
Commémorer, plus que jamais (1) !
Commémorer, plus que jamais (1) !
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 16:34

Lors de l’examen du Projet de loi de finances (PLF) pour 2017 en commission élargie, j’avais fait adopter un amendement visant à supprimer l’article 52 du PLF 2017 prévoyant la dématérialisation de la propagande électorale et donc, la fin, à partir des élections législatives de juin 2017, de l’envoi  des professions de foi des candidats et des bulletins de vote au domicile des électeurs.

 

Avec plusieurs de mes collègues, j’avais indiqué à cette occasion, et même si le recours à internet se développe progressivement, que cette suppression de l’envoi à domicile de la propagande électorale aurait nécessairement une influence négative sur l’évolution de la participation électorale aux scrutins nationaux comme locaux.

 

Je me félicite qu’hier mardi après-midi en séance publique dans l’hémicycle, au moment même où je présentais en Commission mon rapport sur la Politique de la Ville, l’Assemblée Nationale m’ait suivie en votant la suppression de l’article 52 du projet de loi de finances. En 2017, les électeurs continueront de recevoir chez eux les documents de propagande et de vote permettant d’éclairer leurs choix avant d’accomplir leur devoir citoyen.

 

Je suis heureux d’avoir ainsi contribué à éviter, pour reprendre mes termes employés en Commission, « une erreur grave pour la démocratie ».

8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 11:32
Mon rapport sur la Ville en Commission élargie

Cet après-midi, en Commission élargie (Finances + Economie + Développement durable) sont examinés les crédits budgétaires 2017 de la Politique de la Ville. En tant que Rapporteur pour la Commission des Finances, j’ai présenté le Rapport que j’ai rédigé sur ce programme, et suis intervenu en début de Commission.

 

« Madame et Monsieur les Ministres,

 

Votre Rapporteur appellera à voter les crédits du Programme 147 de la mission « Politique de la Ville », car c’est un bon budget.

 

C’est un bon budget en lui-même : avec 416,2 M€, en autorisations de programmes et en crédits de paiement, ce budget consolide à 338 M€ les crédits d’intervention territorialisés, toutes ces actions de proximité des contrats de ville, si fondamentales pour les élus, les acteurs sociaux et les quartiers. Pendant cette législature, malgré le défi considérable du redressement des comptes publics, la politique de la ville aura été préservée politiquement, et cela contraste favorablement avec le quinquennat précédent où les crédits ont été amputés de 250 M€ !

 

C’est un bon budget aussi dans son environnement et ses priorités affichées.

 

D’abord parce qu’il met l’accent sur l’emploi et la jeunesse : dispositifs pour l’emploi, 150 000 « garanties jeunes », services civiques, écoles de la 2ème chance, établissement de la Défense, Agence France Entrepreneur…

 

Ensuite parce qu’il est contemporain du retour de l’Etat à la table des financeurs de l’ANRU, alors qu’à partir de 2009 l’Etat avait brutalement renoncé à verser des dotations, laissant seule Action Logement pour financer la rénovation urbaine. L’Etat va verser 1 Md€, dont 100 M€ dès 2017, c’est une excellente nouvelle.

 

C’est enfin un bon budget, parce qu’il s’intègre dans un ensemble d’actions qui donne à la politique de la Ville une masse budgétaire conséquente. J’ai suffisamment dit que le Ministère de la Ville était un « nain budgétaire », pour ne pas me féliciter qu’aux 416 M€ du Programme 147, il faille adjoindre les : 442 M€ de dépenses fiscales ; 300 M€ des Programmes d’Investissement d’Avenir ; 880 M€ de l’ANRU ; 150 M€ de Dotation Politique de la Ville (abondée cette année de 50 M€) et les 4,6 Mds € de crédits de droit commun fléchés sur la politique de la ville, comme le prévoit la loi de février 2014, soit un total de 6,8 Mds €, auxquels s’ajoutent les 100 M € annoncés pour l’ANRU. 6,9 Mds € pour la Ville en 2017 (on pourrait y additionner aussi la majoration de la DSU, soit 180 M€) ! Oui, à 7 Mds €, c’est un bon budget 2017.

 

La volonté politique est là, d’évidence, dans la stratégie gouvernementale. Mais, Madame et Monsieur le Ministre de la Ville, je voudrais vous poser cinq questions :

 

1) Quand et comment, dans la procédure budgétaire, se concrétiseront les 100 M€ supplémentaires pour l’ANRU annoncés par le Président de la République ?

 

2) Peut-on envisager de réviser les critères d’attribution de la DPV, car le critère du pourcentage de la population en QPV est trop restrictif, puisqu’il ne tient compte ni de la situation financière de la commune, ni de la situation sociale réelle puisqu’il exclut les quartiers de veille ?

 

3) Précisément, si la convergence des zones prioritaires (ville, éducation, sécurité) a fait des progrès, elle a encore des carences, qui imposent des correctifs. Ainsi, pour la « Réussite éducative », en quartier de veille l’Etat a imposé un co-financement de la commune à 50/50 pour l’heure, puis dégressif – ce qui pour une commune pauvre reviendra à renoncer de fait à l’action pour les enfants en difficulté concernés – alors même qu’il s’agit d’une « Zone de sécurité prioritaire » ? Peut-on éviter que l’Etat se désengage de ses actions territorialisées, et notamment de la Réussite éducative dans les ZSP qui ne sont pas QPV ?

 

4) Ma 4ème question porte sur le financement de l’ANRU. Fin 2015, l’ANRU 1 se termine sur une « impasse » de 3,7 Mds €, différence entre les engagements, et les paiements effectués : là-dessus, 600 M€ sont annulés pour des projets qui ne se feront pas, et ce reliquat vient abonder l’ANRU 2. Mais 3,1 Mds restent à financer, dont déjà 1,03 Md€ en 2016 et 800 M€ en 2017 ! Or, depuis le début 2015, c’est le NPNRU (ANRU 2) qui est engagé, avec de nouveaux quartiers, de nouveaux projets ! Et les élus, les habitants attendent des réalisations concrètes et rapides. Pour se réaliser l’ANRU2 devra-t-elle attendre qu’on ait fini de payer l’ANRU 1 ? Est-il possible de trouver les moyens d’engager concrètement l’ANRU 2, et sur quels crédits, par exemple en s’appuyant sur la CDC ou  les 100 M€ annoncés par l’Etat pour 2017 ?

 

5) Enfin, je ne peux conclure sans vous redire mon extrême préoccupation. La politique de la Ville doit être souple, rapide, réactive. Or, la manière dont se gère la rénovation urbaine ne l’est pas ! La politique de la Ville, Madame et Monsieur le Ministre, est-elle en train de se technocratiser ? Franchement, quand 2 ans après les décisions annonçant les quartiers ANRU 2, on en est à peine à signer des protocoles de configuration, et à lancer encore – parce que l’administration les réclame – de coûteuses et longues études qui vont enrichir des cabinets de consultants ou d’architectes sans rien apporter aux habitants, quand on en est à programmer encore des comités d’engagement, ce que veut faire le Gouvernement, à savoir changer rapidement et concrètement la vie des habitants et donner des emplois aux jeunes de nos quartiers, n’est-il pas en train d’être dévoyé par une administration et une ingénierie chronophage et courtelinesque, parfois jusqu’à la caricature ? Sauf que les retards pris, ce sont autant de désespérances que l’on sème sur la capacité de la République à agir, et de doutes sur votre volonté politique, Madame et Monsieur le Ministre ! Alors même que par vos décisions, vous avez fait et faites des efforts considérables, notamment budgétaires ! ».

Mon rapport sur la Ville en Commission élargie
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 16:32
Conseil municipal (2) : liste FN, rire ou pleurer ?

Au début du Conseil municipal, il appartient au maire, président de séance, de vérifier que le Conseil municipal est au complet, avant que le Directeur Général des Services ne fasse l’appel. Cette vérification est une formalité en général, puisqu’il n’y a, normalement, pas de changement  - sauf exception - dans la composition du Conseil municipal. Sauf qu’avec les multiplications des démissions sur la liste du Front National, Wattrelos Bleu Marine (qui avait eu 6 élus en 2014), il m’a fallu faire le point sur qui siège ou non.

 

Lors du dernier Conseil municipal, le 5 juillet, j’avais informé l’assemblée de la démission de M. Grégory CHOMETTE (5ème de liste en mars 2014) et que j’avais informé M. René CARTON, suivant de liste (7ème) qu’il était appelé à siéger au Conseil municipal.

 

Or, par courrier reçu le 5 juillet 2016 (jour du dernier Conseil Municipal), Monsieur CARTON m’a présenté sa démission de ses fonctions de Conseiller Municipal. J’ai donc écrit successivement aux suivants de la liste. Par courrier reçu le 9 septembre 2016, Madame Sandrine VASSEUR (8ème), m’a également fait part de sa démission de ses fonctions de Conseillère Municipale, et par courrier reçu le 10 septembre 2016, Monsieur Michael WILLEMIN, (9ème), m’a légalement présenté sa démission de ses fonctions de Conseiller Municipal.

 

J’ai donc convoqué Madame Danielle ACQUART, suivante de liste et en 10ème position sur la liste originelle, pour la séance de ce lundi 7 novembre, et a rejoint notre assemblée.

 

Mais par courrier du 18 octobre, Monsieur Jean-Luc NOYEZ (3ème en mars 2014) m’a présenté sa démission de ses fonctions de Conseiller Municipal. Le suivant de liste, Monsieur Jean-Marie BOITTE, étant décédé depuis les élections municipales, j’ai donc convoqué Madame Virginie DUPREAUX, en 12ème position sur la liste originelle.

 

Mais Madame DUPREAUX, ayant quitté notre commune depuis les élections municipales, et ayant donc été radiée des listes électorales, n’est, de droit, pas éligible au moment où elle devient élue. Elle est ainsi tenue de démissionner ; je lui ai donc écrit pour lui demander de me signifier explicitement sa démission (à défaut, ce sera le Préfet qui prendra toutes les mesures adéquates) ; ce qu’elle a fait par courrier qui m’est parvenu ce 8 novembre. Je vais donc maintenant pouvoir écrire au suivant de liste, actuellement en 13ème position sur la liste originelle. A défaut, je saisirai la 14ème de liste, qui m’a d’ores et déjà signifié que si elle était appelée, elle ne siègerait pas au Conseil…

 

Nous n’en sommes que deux ans après les élections municipales, et voilà que déjà la liste Front National aura connu autant de démissions que d’élus !!!

 

C’est un feuilleton assez pitoyable pour la démocratie, et je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer ! Car enfin, quand on se présente aux élections, c’est pour être prêt à gérer la ville et les affaires communales… pas pour démissionner !

 

Que se serait-il passé si cette liste avait gagné les élections ? Que pensent de cette pantomime minable les Wattrelosiennes et les Wattrelosiens qui ont voté pour cette liste ? Mes concitoyens ont certainement pensé qu’ils votaient pour des personnes qui allaient s’occuper d’eux : que nenni, à peine élus, ils démissionnent !

 

C’est quoi ce Rassemblement Bleu Marine ? Je respecte chacune de ces personnes individuellement (dont je ne suis pas certain qu’elles savaient toutes ce qu’elles faisaient en se mettant sur cette liste, ni même si elles ont donné leur accord !), mais un mot me vient spontanément à l’esprit au vue de sa définition par le dictionnaire : une personne « qui se met dans des situations tragi-comiques ou se plaît à les provoquer » et « qui n’inspire pas confiance », par « manque de sérieux » ; le « Branquignol », c’était un film joyeux de Robert Dhéry en 1949… Mais moi je n’ai pas envie de rire : nous sommes en 2016, et gérer Wattrelos et son avenir, c’est sérieux ! Ce « rassemblement branquignolesque » n’est pas à la hauteur de ce que méritent les Wattrelosiens, ni de ce qu’exige l’honneur de gérer le quotidien et les espoirs de Wattrelos !

Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article